×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossier Spécial

Comment financer son MBA

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5871 Le 23/10/2020 | Partager
Il faut d’abord compter sur ses propres fonds
Facilités d’échelonnement, prêts bancaires ... quelques alternatives
Les employeurs de plus en plus réticents à prendre en charge la formation
mb-afinancement-071.jpg

Opter pour un MBA pour faire décoller sa carrière est une chose, en assurer le financement en est une autre. Pour les candidats, trouver les fonds nécessaires est le premier défi à relever avant d’entamer cette formation prisée (Ph. Privée)

C’est un fait. Suivre une formation MBA coûte cher. Il faut compter plus de 100.000 DH uniquement pour les frais de scolarité. S’ajoute à cette coquette somme des frais annexes pour les séminaires à l’étranger (hôtels et billets d’avions). Un réel investissement pour une formation qui dure entre 18 à 24 mois. Toutefois, c’est le prix à payer si l’on veut donner un vrai coup d’accélérateur à sa carrière.

En effet, décrocher un MBA apporte une réelle valeur ajoutée dans un CV. Il permet d’accéder plus rapidement à de hautes fonctions mais aussi de se placer dans les comités de directions d’entreprises. «Les coûts des MBA sont très variables et dépendent du contenu des formations, de leurs apports aux participants, de la qualité des enseignants qui y interviennent et enfin de l’image et sérieux de l’établissement qui les délivrent», explique Hassan Sayarh, DG du groupe HEM.

«Si la fourchette des formations est assez large entre, approximativement, 100.000 et 300.000 DH, ces prix restent relativement bas comparativement à la qualité de la formation et au niveau des professeurs mobilisés, qui rappelons-le, sont des ressources prisées par toutes les universités du monde», tient à préciser pour sa part Dr. Younes Sekkouri, doyen Afrique de l’Ecole des Ponts Business School.

Pour financer cette formation, les cadres comptent d’abord sur leurs économies personnelles. S’ils ne disposent pas de ressources suffisantes, ils peuvent contracter un emprunt bancaire ou opter pour des facilités d’échelonnement de plus en plus accordées par les écoles.

«Le financement peut se faire soit à travers des organismes privés avec des conditions avantageuses (taux intéressant, durée du remboursement, …), ou bien à travers un organisme public. C’est le cas par exemple de l’Ofppt qui peut prendre en charge jusqu’à 70% des frais de la formation. Ce qui représente une très bonne motivation et incitation à la formation», indique Mohammed Zaoudi, DG de l’IGA. «Trouver des fonds représente le premier défi des candidats qui devront réévaluer leur dépenses et la gestion de leur budget sur une période de 2 ans», souligne Sekkouri.

Pour les plus chanceux, c’est l’entreprise qui prend en charge totalement ou partiellement les frais de formation. «Quand c’est l’employeur qui contribue au financement du programme, il demande en contrepartie un engagement du candidat. Ce dernier doit rester au sein de la structure pour une durée bien suffisante pour garantir le retour sur investissement», explique le doyen Afrique de l’Ecole des Ponts Business School.

Cette formule n’est pas très prisée par les candidats puisque la majorité de ceux qui souscrivent au programme MBA ont pour objectif de changer de fonction ou d’entreprise. «L’employeur qui prend en charge un MBA a pour objectif de faire évoluer ses cadres dans le cadre d’une gestion de carrière prédéfinie.

Dans ce cas, le projet de formation du collaborateur peut être intégré dans un plan de formation et bénéficier des financements dans le cadre des contrats spéciaux de formation de l’Ofppt», explique Hassan Sayarh. Ces contrats permettent aux employeurs de se faire rembourser pour la formation continue de leurs salariés (de 40 à 100%, en fonction des actions).

Pour en profiter, les entreprises doivent effectuer une demande de remboursement des actions de formation auprès de l’Ofppt. Toutefois, ce programme ne connaît pas une grande affluence. Son dispositif est jugé trop rigide, et difficilement praticable.

                                                                               

Et les bourses d’études?

A l’étranger, la plupart des écoles proposent des bourses ciblées. Elles offrent chaque année quelques bourses d’excellence, réservées aux candidats les plus brillants, ou des bourses de mérite pour ceux issus de milieux défavorisés. D’autres bourses sont dédiées spécialement pour les femmes (moins présentes, notamment dans les programmes MBA), ou encore pour les candidats de pays émergents et pour encourager l’entrepreneuriat… Mais si ces aides existent en Europe ou aux Etats-Unis, au Maroc très peu d’écoles les proposent.

T.E.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc