×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossier Spécial

Masters et MBA internationaux : Et si vous les prépariez à distance?

Par Karim Agoumi | Edition N°:5871 Le 23/10/2020 | Partager
Evolution de carrière, rythme adaptable, coût moindre… Les plus de ces formations
Préférer les versions accréditées, plus fiables et reconnues

Avec l’impact de la crise Covid qui frappe actuellement le monde, bon nombre d’écoles et d’universités étrangères proposent des Masters et des MBA à distance. Un enseignement intégralement online qui offre aux cadres et aux étudiants un programme flexible et adapté à ce contexte, amenant toutefois à s’interroger sur l’efficacité d’une telle démarche ainsi que sur la crédibilité du diplôme visé.

master-mba-071.jpg

Masters et MBA internationaux sont de plus en plus nombreux à être proposés dans un format en ligne. Des formations offrant aux cadres et aux étudiants un programme plus flexible et moins coûteux qu’en présentiel (Ph. auf.org)

Pour ne pas se tromper sur son choix initial, il est avant tout conseillé d’opter pour un Master ou un MBA «accrédité» ou octroyé par un établissement accrédité. Un moyen de s’assurer de la fiabilité de la formation en ligne dispensée.

«Les masters accrédités par les agences des pays émetteurs – à l’instar du HLC (Higher Learning Commission) aux Etats-Unis – sont plus à même d’offrir aux apprenants une expérience d’apprentissage validée et vérifiée par le système qualité desdites accréditations», explique le directeur de la formation executive à l’UIC et spécialiste en sciences de l’éducation Said Benamar. Parmi les meilleurs MBA proposés actuellement, figurent en tête de liste celui de l’université de Phoenix aux USA ou encore l’Euro MBA.

«Des formations reconnues pour représenter un business model se différenciant du modèle d’enseignement traditionnel par tout un arsenal stratégique et opérationnel, et dont le coût oscille entre 10.000 et 40.000 dollars», ajoute le spécialiste.

Un domaine au sein duquel les organismes anglo-saxons et espagnols ont largement pris les devants, selon le site du Masterstudies. «La plupart des grandes universités anglophones font désormais du développement de leur offre de Masters en ligne une priorité», confie le directeur de la Fondation Universitaire Links Khalid Ouazzani.

Côté formules, la Cass Business School de Londres propose concrètement une approche collaborative de l’apprentissage en ligne. Chacun de ses  modules répartis sur 24 mois inclut à la fois séminaires virtuels et conférences online. L’évaluation, quant à elle, est réalisée à travers une plateforme spécifiquement dédiée à cet effet.

Par ailleurs, le candidat peut également accéder librement à des vidéos ou à des ouvrages via un portail complet de bibliothèque en ligne. Pour intégrer ces cours débutant le 11 janvier prochain, il est important de démontrer de solides compétences en communication verbale et écrite en anglais.

D’autres établissements, comme l’EDHEC Business School de Lille en France, offrent en plus d’une classe virtuelle hebdomadaire animée par un mentor académique, la possibilité d’échanges entre participants via un campus online ainsi qu’un coaching personnalisé. L’organisme propose aussi à ses étudiants de participer à un projet de consulting entièrement virtuel consistant à formuler des recommandations utiles et réalisables à des représentants d’entreprise comme le ferait un véritable consultant.

«Ce type de formation – particulièrement flexible – est adaptée aux candidats en activité visant à monter en compétence», souligne Benamar. Ce mode d’apprentissage permet également aux étudiants comme aux professionnels d’étudier à leur propre rythme.

«Ce dispositif nécessite 40 à 60% moins de temps pour apprendre qu’au sein d’une salle de classe traditionnelle», précise à ce sujet Ouazzani. Autre point fort et non des moindres, le coût moins élevé que pour une formation en présentiel. «Nul besoin en effet d’envisager des frais de déplacement, de logement ou de séjour», ajoute l’expert.

Le online boosté par le contexte Covid

Le contexte Covid a d’ores et déjà accéléré la digitalisation des programmes de Masters et de MBA. Un phénomène qui a été amorcé avant la crise sanitaire mais que cette dernière a tendance à amplifier davantage. «Aux USA, d’après le QS du Global MBA Rankings, les inscriptions dans les Masters en ligne (EMBA), ont dépassé pour la première fois, en 2019, celles des MBA classiques», précise ainsi le directeur de la Fondation Universitaire Links Khalid Ouazzani. Un enseignement à distance qui devrait connaître à l’avenir au Maroc un développement exponentiel et amènera les universités du Royaume à renforcer considérablement leur dispositif de formation.

Karim AGOUMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc