×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Mesures sanitaires anti-Covid: La CGEM appelle les entreprises à une vigilance accrue

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5805 Le 16/07/2020 | Partager
Les foyers industriels constituent près de la moitié des nouveaux cas
Les contrevenants seront sanctionnés par l’Intérieur
chakib-alj-05.jpg

«J’appelle toutes les entreprises à redoubler de vigilance en renforçant les dispositifs sanitaires et préventifs mis en place sur les lieux de travail et au niveau des transports du personnel et en veillant à l’application rigoureuse par leurs salariés des règles d’hygiène et de distanciation», insiste Chakib Alj, président de la CGEM (Ph L’Economiste)

Après les professionnels du tourisme, Abdelouafi Laftit s'est réuni, mardi dernier, avec les responsables de la CGEM et des Fédérations. Le mot d’ordre du ministre de l'Intérieur: «Restez vigilants et agiles pour lutter contre les foyers professionnels».

En effet, l’Intérieur a vivement déploré le non respect des mesures de précaution et l'apparition de foyers de contamination dans de nombreuses unités de production à l’instar de la région de Lalla Mimouna, dans la province de Kénitra (Frigodar, Natberry Maroc) et de la province de Safi (Unimer Etamar ...).

Pour éviter de nouvelles contaminations en cascade, les mesures sanitaires doivent être respectées, martèle le ministre. Appel qui a été rapidement transmis aux opérateurs économiques. En effet, quelques heures à peine après sa rencontre avec Laftit, le président du patronat a exhorté les entreprises à respecter scrupuleusement les mesures barrières contre le Covid-19. Dans un courrier adressé aux chefs des entreprises, Chakib Alj a insisté sur l'application la plus stricte des mesures sanitaires imposées par les autorités.

«Le virus est toujours présent et actif. Plusieurs foyers de contamination ont été relevés ces derniers jours dans des unités industrielles et commerciales et ce, dans plusieurs villes du Royaume», souligne le président de la CGEM, «appelant toutes les entreprises à redoubler de vigilance en renforçant les dispositifs sanitaires et préventifs mis en place sur les lieux de travail et au niveau des transports du personnel et en veillant à l’application rigoureuse par leurs salariés des règles d’hygiène et de distanciation».

En outre, le président du patronat a demandé à ses consœurs et confrères de consulter les guides sanitaires conçus par la CGEM et mis à leur disposition pour les accompagner dans l’adoption de ces mesures. Rappelons que l’adhésion à la campagne de dépistage massif est obligatoire pour les entreprises membres et non membres de la CGEM. «Celles qui ne se sont pas encore inscrites à cette campagne sont tenues de le faire dans les plus brefs délais (https://coronavirus.cgem.ma/depistage-massif-en-entreprise)», renchérit Alj.

Pour leur part, plusieurs opérateurs déplorent le retard que prend la publication des résultats des personnels dépistés. A Fès, à titre d’exemple, des unités industrielles dépistées le 7 et 8 juillet attendaient, hier, encore les résultats des analyses, et ce, 8 jours après le passage des équipes médicales.

mesure-de-securite-entreprises-05.jpg

«En plus, les ouvriers dépistés n’ont pas le droit d’accéder aux usines avant l’apparition des résultats…Ils sont donc en arrêt d’activité, inquiets de contaminer leurs proches, et se demandent qui va les payer à la veille de l’Aïd», regrette un textilien. Ce chef d’entreprise affirme par ailleurs que «les donneurs d’ordre s’inquiètent quant au retard que peuvent prendre leurs commandes au Maroc. Certains seraient en négociation avec des pays concurrents qui les livreraient à temps».

A ce propos, des industriels craignent la perte d’importantes parts de marché en dépit de chaînes de production amputées par un personnel qui attend les résultats des tests. Dans certaines régions, la capacité du dépistage ne dépasse pas les 1.200 tests/jour. Ceci, alors que la demande quotidienne est quatre fois plus grande. Ce qui veut dire que les demandeurs sont priés de revenir le lendemain et le surlendemain.

En tout cas, pour réguler cette situation, le dépistage se fait désormais sur la base d’un échantillon calculé par une formule arrêtée par le ministère de la Santé. Ainsi, au lieu d’un dépistage massif intégral en entreprise, la nouvelle formule prend en compte plusieurs paramètres, notamment la situation épidémiologique de notre pays. Le but étant d’assurer une reprise agile qui limiterait la propagation des foyers professionnels.

Rappelons enfin que c’est sur instructions du Roi que la CGEM a été chargée de coordonner, en partenariat avec le ministère de la Santé et le ministère de l’Intérieur, une très large campagne de dépistage du Covid-19 auprès des employés du secteur privé. Cette opération, qui a démarré le 3 juin dernier, vise à limiter le risque de propagation du virus en entreprise et garantir une reprise d’activité sereine et sécurisée.

                                                                           

514 entreprises fermées

Les entreprises ne se conformant pas aux dispositifs sanitaires tels que dictés par les autorités locales sont exposées à des sanctions allant jusqu’à l’arrêt de leur activité. Signalons à ce titre que l’Intérieur a déjà pris 514 décisions de fermetures d’unités industrielles pour non respect des mesures de précaution que les autorités ont recommandées afin de lutter contre la propagation du Covid-19. En effet, depuis la reprise des activités économiques, près de la moitié des cas enregistrés au Maroc (47%) proviennent des employés de l'ensemble des entreprises et des unités de production, de leurs familles et des personnes qui les côtoient. Les 514 décisions de fermeture concernent des entreprises établies dans 34 préfectures et provinces. D’ailleurs, 98 unités sont toujours fermées, tandis que les autres ont assaini leur situation en s'engageant à respecter les dispositions en vigueur. En tout cas, la vigilance est de mise afin d'éviter toute sanction pour manquement aux mesures sanitaires, et surtout lutter contre des contaminations en cascade. «Restons mobilisés! Il y va de notre responsabilité vis-à-vis de nos concitoyens et de nos entreprises», conclut le président de la CGEM.

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc