×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5796 Le 03/07/2020 | Partager
Recul du chiffre d’affaires et des investissements étrangers
Le confinement exploité pour l’épuration des arriérés dans plusieurs domaines
Une réhabilitation de l’intellectuel et de l’artiste est impérative

Après le plan de sauvetage de la presse, place à la culture. Othman El Ferdaous a annoncé devant la Commission de l’enseignement et la communication de la Chambre des représentants une feuille de route pour l’appui à l’industrie culturelle. Le chiffre d’affaires de l’industrie culturelle a enregistré un recul de 66% à cause de l’arrêt de toutes les activités culturelles et cinématographiques. Ce qui a mis au chômage les travailleurs dans le secteur, y compris les artistes, les écrivains, les réalisateurs et les techniciens. Cela s’ajoute aux dégâts causés par l’annulation des festivals de cinéma, après que les organisateurs aient obtenu des avances qu’il est impossible à récupérer puisqu’elles sont engagées dans la préparation de ces évènements.

La pandémie a également causé l’arrêt des tournages de films étrangers au Maroc. Ce qui s’est répercuté par une baisse des investissements étrangers dans le domaine du cinéma. Pour le ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, il s’agit  du 2e secteur le plus impacté par la pandémie. Ce secteur ressemble un peu à l’industrie lourde, qui pour redémarrer, a besoin d’une plus longue période de préparation. C’est pour cette raison qu’il nécessite une attention particulière, a noté Othman El Ferdaous.

culture-industrie-096.jpg

Pour le ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, Othman El Ferdaous, le secteur de la culture est le 2e le plus impacté par la pandémie. Il ressemble un peu à l’industrie lourde, qui pour redémarrer, a besoin d’une plus longue période de préparation. Et donc nécessite une attention particulière (Ph. L’Economiste)

■ Chute de 95% des ressources du Fonds de l’action culturelle
De même, le ministre de la Culture, de la jeunesse et sport a rappelé la chute de 95% des ressources du Fonds national de l’action  culturelle, principale source financière du ministère et alimentée par les revenus des visites des monuments historiques à travers le Maroc et fermés pour cause de Covid-19. Dans cette situation, comment obtenir des ressources pour aider le secteur en crise quand le ministère manque de moyens, s’est interrogé le ministre. C’est pour cette raison qu’il est vital de diversifier les ressources du ministère, de valoriser les sites du patrimoine et se doter d’une stratégie à moyen et long terme, a-t-il dit. Au début de la réunion de la Commission, Othman El Ferdaous a reconnu avoir «aimé le mot utilisé par une députée au sujet de l’oxygène culturel». Ce qui a amené le ministre à citer les statistiques du HCP qui fixent la dépense personnelle du marocain dans la culture en moyenne inférieure à 500 DH par an. «C’est peu comme de l’oxygène, un signal qui montre les challenges auxquels le pays doit faire face», note t-il.

■ Politique de proximité pour la culture aussi
Une occasion pour le ministre, à la tête de ce département depuis le 9 avril dernier, de préciser sa vision, particulièrement pour permettre aux citoyens et surtout les jeunes, l’accès plus large aux services publics de la culture. Il est donc impératif d’opter pour une politique de proximité. Pour convaincre, le ministre rappelle une règle qui consiste à déplacer le service public aux citoyens et ne pas attendre dans son coin pour qu’ils viennent à vous. Les réseaux sociaux sont d’une importance capitale dans la mesure où 15 millions de Marocains  ont un compte dont 8 millions de jeunes. Il faut donc les investir.

■ Place de l’artiste et l’intellectuel dans la société
Dans les discussions entamées par la Commission spéciale de réflexion sur le nouveau modèle de développement, la place de l’enseignant et de l’artiste au sein de la société marocaine a été abordée. Une politique de réhabilitation de ces catégories sociales, avec une forte composante de respect est impérative.

■ Epurement des arriérés de paiement
Le ministre a exploité le calme de la période de l’état d’urgence sanitaire pour travailler sur l’épuration des arriérés de paiement pour que les intéressés puissent rapidement recevoir l’argent. Pour commencer, il fallait régulariser la situation des arriérés des créances sur les livres subventionnés au cours des années précédentes comme 2016, 2017 et 2018. Le ministre a précisé que «le paiement des intellectuels et des écrivains 3 ou 4 ans après est la marque du manque de respect. Car, nous ne pouvons pas nous engager à appuyer leurs projets sans l’honorer». Le montant du soutien de l’édition et du livre s’élève à 11 millions de DH. Il englobe l’achat des livres  des librairies et des éditeurs pour les redistribuer au niveau des bibliothèques publiques. Ce sont des dizaines de millions que le ministère va acheter pour ne pas  écarter les petites librairies. Un partenariat sera signé avec la société Sapress pour les distribuer au niveau des équipements publics du ministère de la Culture et ceux de l’Education nationale.

■ 75 millions de DH pour la production du cinéma national
Les arriérés de la subvention de la production cinématographique ont été décaissés à hauteur de 6,5 millions de DH reçus par les producteurs au cours de la période du confinement. Le ministre s’est engagé à maintenir l’appui à l’industrie cinématographique au cours de 2020 et le règlement des arriérés, en maintenant le budget qui avoisine 75 millions de DH pour la production cinématographique locale, 30 pour les festivals cinématographiques et 10 millions pour le soutien des salles de cinéma.

■ Projets artistiques: Appel d’offres exceptionnel:
En ce qui concerne le théâtre, la musique et les arts plastiques, le ministre a décidé de régulariser les dossiers des subventions à hauteur de 22 millions de DH pour les artistes et les groupes. Il a décidé de lancer un appel d’offres exceptionnel pour l’appui  des projets artistiques pour une valeur de 39 millions de DH.

■ Les auteurs doivent inscrire leurs œuvres au BMDA
Les droits d’auteurs ne sont pas en reste. Le ministère est intervenu  pour le soutien de ces droits et encourager les artistes à enregistrer leurs œuvres au Bureau marocain des droits d’auteurs (BMDA). En outre, à partir du 15 juin, le ministère a commencé à payer  toutes les échéances restantes au profit de trois catégories d’auteurs: les chansons, les pièces de théâtre et les œuvres littéraires programmées pour 2020. Elles s’élèvent à 35,4 millions de DH, soit près de l’ensemble des productions réalisées au cours de l’année dernière.

■ Coup de main aux associations
Le ministre a également consacré un appui aux associations culturelles qui encouragent la lecture comme La Maison de la Poésie, le Réseau de lecture publique et l’alliance des écrivaines du Maroc. Idem pour les monuments  historiques et les musées qui ont fermé leurs portes  et l’insuffisance de leurs ressources financières, le ministre a dévoilé le projet de digitalisation des visites à distance.

Conférences, théâtre, compétitions... à distance

Le ministre est intervenu à deux niveaux pour renforcer l’activité culturelle à distance. Après sa prise de fonction le 9 avril dernier, il a mis en place des programmes culturels, artistiques et de divertissement, adaptés au contexte exceptionnel du Covid-19. Cela a permis de mettre à disposition des services à distance à travers les directions régionales et provinciales du ministère. Cela a consisté dans des rencontres ouvertes avec le public, des conférences à distance sur le patrimoine portugais de certaines villes marocaines, l’organisation de rencontres théâtrales (y compris des compétitions pour les enfants), de danse, des compétitions, des lectures publiques,…

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc