×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Tribune

Plus rien comme avant: L’autre mondialisation

Par Farid ZERROUQ | Edition N°:5747 Le 23/04/2020 | Partager

Président du Groupe de réflexion sur le développement durable (GRDD), le Pr. Farid Zerrouq enseigne le génie des procédés et de l’environnement, à Fès. Responsable de l’équipe de recherche, QHSE-RG, et auteur de nombreux articles et études, il a présidé ou contribué à plusieurs congrès, colloques et workshops internationaux sur les questions de l’environnement, l’enseignement supérieur, la Qualité-SSE et le développement durable, au Maroc et à l’étranger (Ph. Privée)

La pandémie s’est installée. Elle ne lâchera pas prise facilement. Ni les Etats, ni les systèmes de santé, ni les économies nationales n’étaient préparés à cette situation exceptionnelle. Pour faire face à ce mal, tous les moyens sont déployés, presque toutes les activités sont arrêtées, l’état d’urgence est décrété. La recherche scientifique se met en position d’attaque, pour trouver la parade à cet ennemi microscopique, capable de se multiplier et de se propager à des vitesses effrayantes.
On parle de similitude avec la «grippe espagnole», qui a fait plus de 20 millions de morts (plus que la guerre elle-même) dans le monde, à la fin de la guerre de 14-18.

L’impact direct du mal, c’est ce que nous voyons en continu, sur les différents organes de presse: l’augmentation exponentielle du nombre des personnes touchées, des régions entières isolées, des outils de production à l’arrêt, et de plus en plus de morts, des centaines par jour, pour certains pays.

Mais les effets du Covid-19 sur l’Humanité seront beaucoup plus importants, à court, moyen et long terme. Désormais, après le Covid-19, rien ne sera plus comme avant.

De l’intime au collectif

Notre rapport à Dieu, à la religion, à la politique, les liens familiaux, nos relations avec nos proches, nos amis, nos voisins… tout cela va changer et ne sera plus comme avant. Nous sommes la génération qui aura connu la pandémie de la fièvre chinoise, venue de Chine. Nous saurons désormais que nous sommes bien peu de choses, et qu’un petit machin microscopique peut avoir raison de nous.

Qui dira encore, que la Santé est un secteur non productif? Nous avons bien vu l’impact direct et indirect de la pandémie sur l’économie. C’est vrai que personne ne s’opposera plus à ce que nos systèmes de santé bénéficient de beaucoup plus de moyens et qu’ils soient élevés au rang de priorité. Personne ne s’opposera plus à la réhabilitation du personnel de santé et au développement de la recherche scientifique médicale, mais c’est toute la stratégie de ce secteur primordial qu’il faudra revoir et redéfinir.

La formation des personnels de santé va subir des transformations profondes, pour tenir compte des nouvelles menaces qui pèsent sur l’Humanité, surtout que l’une des conséquences du réchauffement climatique est, justement, l’apparition de nouveaux virus, de nouvelles maladies, et le déplacement des infections tropicales vers le Nord de la planète, pour toucher des personnes qui n’y sont pas préparées.

Citoyens exigeants

Les citoyens seront beaucoup plus exigeants en termes d’organisation sociale, d’organisation du travail, de services de santé et de la qualité de l’enseignement. Les cotisations sociales seront revues en profondeur, après que des hôpitaux, en Espagne et en Italie, aient jeté des octogénaires qui ont cotisé toute leur vie, pour mettre à leur place des jeunes de vingt ans, qui n’ont jamais cotisé.

Solidarité, humilité, fraternité, égalité, équité feront désormais partie de nos qualités. C’est une nouvelle civilisation qui est en train d’éclore. C’est un nouveau Monde qui est en train de voir le jour. Espérons que notre mémoire ne sera pas trop courte cette fois, et que nous saurons tirer profit de nos expériences, et nous rappeler des moments.

La mondialisation va continuer

La mondialisation va se renforcer, car on s’aperçoit qu’il est vain d’essayer de s’en sortir tout seul, sans faire appel à une coopération régionale et internationale. Notre rapport à l’environnement va évoluer. Les prochaines Cop seront beaucoup plus réactives par rapport aux problèmes du réchauffement climatique et à la pollution de l’air, des sols et des océans.
Nous allons redécouvrir nos valeurs humaines, que nous avons laissées de côté, à cause de la toute-puissance des marchés.

                                                                                 

Bravo, mais ce n’est pas gagné

covids-19.jpg

Je voudrais profiter de cette page, pour m’incliner devant les personnels de santé, nos forces de l’ordre, nos forces auxiliaires, nos forces armées, les autorités, les élus, les journalistes, les boulangers, les épiciers, les pharmaciens, les agents de propreté, toutes les mamans, tous les citoyens disciplinés et tous ceux qui ont continué à travailler, malgré les risques, pour que nous ne manquions de rien.

Je m’incline devant SM le Roi et notre gouvernement, qui ont été à la hauteur du défi, au point qu’un peu partout, on commence à parler des performances marocaines. Bravo, mais il faut continuer, ce n’est pas encore gagné.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc