×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les recrutements ont continué en mars!

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5747 Le 23/04/2020 | Partager
Une hausse de 9% des offres par rapport à février, selon le baromètre ReKrute.com
L’impact de la crise sera plus clair au terme d’avril
Les prochains mois seront durs, avant de démissionner, y réfléchir à deux fois!

Malgré la conjoncture exceptionnelle engendrée par la pandémie du Covid-19, les mesures de sécurité prises, les recrutements ont continué en mars dernier. Ils ont même enregistré une hausse de 9% par rapport à février, selon le dernier baromètre de ReKrute.com.

fronctions-demandees-047.jpg

Comme à l’accoutumée, les métiers des call centers sont les plus demandés. Ils représentent les deux tiers des postes ouverts par les entreprises en mars dernier. Le top 5 est le même que celui de février, hormis la 5e position, où la fonction «Production /Qualité /Sécurité /Maintenance» a remplacé celle de «Marketing / e-business».

Au total, le jobboard, qui assure que ses chiffres sont bel et bien actualisés, a enregistré 9.255 postes ouverts en mars, contre 8.400 un mois plus tôt. Par rapport à mars 2019, la tendance est à la baisse, néanmoins, le recul n’est pas spectaculaire. Il est de seulement 19%. Quelque 11.046 offres avaient été recensées l’an dernier au même mois. Les créations d’emploi ont donc été maintenues en mars 2020, alors que la crise battait son plein.

«L’explication est multiple. Tout d’abord, le confinement n’a été décrété que vers la troisième semaine du mois. Les entreprises ont donc poursuivi leur stratégie jusque-là. Par la suite, peut-être confiantes dans l’avenir, et se disant que cela ne durerait qu’un mois, elles ont globalement continué à embaucher, afin de préparer la reprise», relève Alexandra Montant, directrice générale adjointe de ReKrute.com.

«A présent que nous savons que cela va durer un mois de plus au moins, je pense que l’emploi subira un fort impact, sauf sur les postes stratégiques. Nous craignons aussi que la situation perdure même après la crise, car l’activité ayant été freinée, les recrutements ne seront forcément plus d’actualité, la relance et la survie des entreprises passant bien avant», poursuit-elle. Avant de démissionner, mieux vaut donc y réfléchir à deux fois!

«La période à venir va cependant requérir des collaborateurs innovants, engagés et avec un haut niveau de qualité. Des recrutements de remplacement auront donc certainement lieu également. La grande question est surtout de savoir si l’activité reprendra en juin ou en septembre…», souligne la DGA de ReKrute.com. 

Traditionnellement, les centres d’appels assurent le plus gros des postes ouverts, entre 60 et 80% chaque année (70% en 2019). La tendance s’est poursuivie durant les deux premiers mois de 2020, et même en mars. Le jobboard a enregistré 6.410 offres émanant des call centers durant le mois écoulé (contre 7.007 un an plus tôt), soit plus de 69% du total des annonces. Mais depuis, tout a changé.

recrutements-047.jpg

En termes de profils, la pression sur les candidats les plus qualifiés étant moindre avec la crise, ils seraient à l’avenir plus abordables. Les entreprises pourraient donc puiser dans des viviers de meilleure qualité (Ph. DR)

«Le secteur dans sa globalité fait face actuellement à une baisse notable d’activité. Les recrutements sont directement liés à notre chiffre d’affaires. A quelques rares exceptions, nous devons en priorité gérer le taux d’occupation de nos ressources actuelles. Compte tenu du manque de visibilité, nous ne pouvons accroître notre risque en intégrant de nouveaux collaborateurs», confie Youssef Chraïbi, président de la Fédération marocaine de l’outsourcing.

Le secteur prévoit une diminution de son activité comprise entre 20 et 40%, en fonction des marchés et des donneurs d’ordre. «Les télécoms, l’énergie, la santé, et les services publics résistent bien. Il n’en est pas de même pour les activités moins essentielles, liées notamment à la vente à distance», précise Chraïbi.

«Nous allons donc quasiment geler les recrutements, et nous focaliser sur l’optimisation de nos capacités de production actuelles. Par ailleurs, pour des raisons évidentes liées au confinement, embaucher serait de toutes les façons plus compliqué durant cette période, même si le besoin se faisait ressentir», insiste-t-il.

Les prochains mois seront difficiles pour tout le monde!

Ahlam NAZIH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc