×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Lutte contre le coronavirus: Macron solennel et impressionnant

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5719 Le 16/03/2020 | Partager
Report des paiements et cotisations des entreprises sans pénalités
Mécanisme exceptionnel du chômage partiel
Fermeture des écoles, crèches, universités et confinement des personnes âgées

A la fois solennel et impressionnant. Face à la plus grave crise sanitaire qu’affronte le monde, Emmanuel Macron a emprunté l’approche de solutions. Une manière de faire accepter par les Français les mesures drastiques contre le coronavirus.

«La France unie, c’est notre meilleur atout dans la période troublée que nous traversons», a affirmé jeudi le chef de l’Etat au cours d’une longue déclaration de 25 minutes depuis son bureau de l’Élysée.

«Je compte sur vous», a-t-il déclaré à plusieurs reprises en s’adressant aux Français. En les appelant à penser en «solidaire plutôt qu’en solitaire», à privilégier le «nous au je». Et pour cause! Le temps est à la cohésion de la Nation. Pour de nombreux observateurs, «c’est quasiment un discours de mobilisation patriotique lors du déclenchement d’un conflit». Sauf que les blouses blanches tiennent désormais le rôle des soldats. Néanmoins, le président s’est voulu pragmatique et précis. En témoignent les mesures annoncées.

franace-corona-019.jpg

Dans le détail, le président a décliné les mesures en faveur des entreprises. Celles qui le souhaitent «pourront reporter sans justification, sans formalité, sans pénalité, le paiement des cotisations et impôts dus en mars», a-t-il précisé.

Et d’annoncer que le gouvernement travaille sur des mesures d’annulation ou de rééchelonnement des sommes dues par les entreprises. Les échéances des prochains jours et les prochaines semaines seront suspendues pour toutes celles et ceux qui en ont besoin. Le tout sera accompagné par des mesures sociales. Ainsi la trêve hivernale sera reportée de deux mois et des mesures exceptionnelles seront prises dans ce contexte pour les plus fragiles.

De même, un mécanisme exceptionnel de chômage partiel sera mis en œuvre dans les jours à venir. Ce mécanisme ira beaucoup plus loin que les annonces déjà faites par le gouvernement pour préserver les emplois et les compétences.

L’Etat prendra en charge l’indemnisation des salariés contraints de rester chez eux. L’Etat-providence jouera à plein régime. Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite, sans condition de revenus, de parcours ou de profession, ne sont pas des coûts ou des charges, mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. «Ces biens et services doivent être placés en dehors des lois du marché», estime Macron.

Mais les mesures sanitaires doivent être à la hauteur des risques. D’où l’appel du président aux personnes âgées de plus de 70 ans et à celles qui souffrent de maladies chroniques ou de troubles respiratoires et celles en situation de handicap de rester autant que possible à leur domicile. Elles peuvent sortir pour s’aérer ou faire leurs courses mais doivent limiter au maximum les contacts.

«J’appelle les Français à limiter leurs déplacements dans les transports publics au strict nécessaire», est-il souligné. «Ne pas rendre visite à nos aînés (dans les Ehpad) est un crève-cœur, c’est pourtant nécessaire temporairement», se désole le président.

Pour ce qui est des élections municipales, prévues pour ce dimanche 15 mars, elles sont maintenues. A l’appui, l’avis des scientifiques qui considèrent «que rien ne s’oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes».

Il n’empêche que des consignes renforcées seront données dès vendredi «afin que nos aînés n’attendent pas longtemps, que des files ne se constituent pas, que les distances soient aussi tenues et que les fameuses mesures barrières soient bien respectées», rassure Macron.

En ce qui concerne l’éducation, dès lundi et jusqu’à nouvel ordre, «les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités seront fermés», pour «protéger les enfants qui propagent le plus rapidement le virus et réduire la dissémination du coronavirus».

Un service de garde sera mis en place région par région pour que les personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire puissent faire garder leurs enfants et continuer d’aller au travail.

Au niveau de la santé, des places doivent se libérer dans les hôpitaux. De même, toutes les capacités hospitalières nationales ainsi que le maximum de médecins et de soignants seront mobilisés. Il sera également fait appel aux étudiants et aux retraités fraîchement libérés.

En revanche, les soins non essentiels à l’hôpital seront reportés. Et pour compléter le dispositif, le gouvernement mobilisera tous les moyens financiers nécessaires pour porter assistance et prendre en charge les malades. Le plus important est de sauver des vies quel que soit le coût.

Le volet coopération internationale n’est pas occulté non plus. Le gouvernement français a été invité à préparer un plan de relance, national et européen cohérent avec les priorités et engagements de Paris pour l’avenir.

Au niveau international, «j’en appelle à la responsabilité des puissances du G7 et du G20». A ce sujet, Macron envisage de proposer aux Etats-Unis «une initiative exceptionnelle». A ses yeux, il faut éviter deux écueils: le repli nationaliste car ce virus n’a pas de passeport. L’autre écueil serait le repli individualiste. Jamais de telles épreuves ne se surmontent en solitaire mais au contraire en solidaire.

Record d’audience

L’allocution du président Emmanuel Macron en pleine crise du coronavirus a été suivie jeudi soir par près de 22 millions de téléspectateurs sur les chaînes historiques, un score très élevé pour une déclaration officielle, selon les données de Médiamétrie diffusées vendredi.
Cette longue intervention de 25 minutes, dans laquelle le président a annoncé les mesures pour lutter contre le virus, a été suivie par 8,7 millions de personnes sur TF1, donnant à la chaîne une part d’audience de 30,7%. France 2 vient en seconde position avec 7,5 millions de téléspectateurs: 26,5%. Le reste est départagé entre M6 (11% ) et France 3 (9,5%).
Ces données n’intègrent pas les chaînes d’info. Ces niveaux d’audience sont proches du record de fin 2018, en pleine crise des gilets jaunes, où l’allocution d’Emmanuel Macron avait été suivie par 23 millions de téléspectateurs toutes chaînes confondues. Des scores dignes d’une finale de Coupe du monde de football et un record absolu pour une allocution télévisée d’un chef d’Etat.

A.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc