×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Competences & rh

    Etats-Unis: L’école au centre d’une multitude d’initiatives

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5670 Le 07/01/2020 | Partager
    Pasco, Piper… des business autour du système éducatif
    Technologie, employabilité, échanges… De nombreuses ONG mobilisées
    ecole-ordinateur-070.jpg

    Piper fabrique des ordinateurs et manettes de jeux en bois, que les enfants peuvent assembler et démonter. Plus de 70.000 ordinateurs ont déjà été livrés dans plusieurs pays, y compris au Maroc. Selon la compagnie, le concept permet d’augmenter la confiance en informatique des enfants de 50% (Ph. ANA)

    Remporter le défi de la qualité dans l’éducation nécessite l’implication de tous. Aux Etats-Unis, on l’a bien compris. L’école américaine se trouve au centre d’une multitude d’initiatives publiques et privées.

    Autour du système éducatif, des entreprises se développent. A San Francisco, Piper s’est donné pour mission de démystifier la technologie, en offrant aux élèves de 8 à 13 ans la possibilité d’assembler et de démonter des ordinateurs fabriqués en bois (299 dollars l’unité).

    Les élèves peuvent à la fois découvrir les composantes d’un ordinateur, jouer et apprendre à coder en programmant des jeux. «Les enfants doivent utiliser la technologie pour changer le monde, et non se contenter d’en être des consommateurs», souligne Dave Lundgren, CEO par intérim.

    Pasco (Californie), fondée en 1964 et desservant 135 pays, équipe les laboratoires de physique-chimie des lycées et universités en matériel scientifique. Son ambition, pousser les jeunes à l’expérimentation, l’exploration, l’enquête… pour apprendre les sciences. Le groupe compte une centaine de partenaires dans le monde écoulant ses produits.

    «Nous disposons de partenaires au Maroc depuis dix ans, mais nous aimerions nouer des connexions avec le ministère de l’Education nationale marocain, afin de développer notre présence dans le pays», confie son CEO, Richard Briscoe. Pasco vend des millions d’unités chaque année. «L’an dernier, notre chiffre d’affaires a augmenté de 20%», relève Briscoe. Les géants informatiques, également, s’associent à des initiatives éducatives, aux Etats-Unis et dans le monde (Intel, Google, Microsoft…).

    Les ONG s’intéressant à l’éducation agissent sur différents aspects. Parmi elles, Maker Ed, dans l’Etat de Californie. L’association fondée en 2012 se concentre sur la formation des enseignants et administrateurs éducatifs, car, selon ses responsables, ce sont eux les vrais moteurs du changement.

    Des formations de formateurs, ateliers et forums pour enseignants sont ainsi organisés. Des ressources pédagogiques sont également mises en ligne en libre accès. L’idée est d’inciter les éducateurs à intégrer une approche basée sur le «hands on», afin d’offrir aux apprenants des expériences éducatives «dynamiques».

    Pour sa part, KYDNet (Michigan) travaille avec un réseau de 55 ONG opérant dans divers domaines (développement personnel, art, sport…), dans le but de renforcer l’employabilité des jeunes issus de milieux défavorisés.

    Autre exemple, à Washington, The Aspen Institute utilise la technologie pour connecter des étudiants de plusieurs pays. Le think tank gère un projet financé par plusieurs entités, dont le gouvernement marocain, baptisé Stevens Initiative. Il consiste en des échanges virtuels d’étudiants entre l’Amérique et la région Mena.
    Des milliers de jeunes profitent de ces initiatives.

    A.Na
     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc