×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Enseignement: Un problème de langue avant tout!

    Par L'Economiste | Edition N°:5643 Le 28/11/2019 | Partager

    ■ Faisons de l’arabe classique notre darija
    Pour résoudre une fois pour toutes le problème des langues du système d’enseignement marocain, faisons de l'arabe classique notre darija ! Autrement dit, tentons de faire rapprocher le plus possible notre langue maternelle de l'arabe classique… Ce qui facilita énormément la tâche à nos enfants et permettra au secteur de gagner en cohérence.
    S.B.H.

    ■ Apprendre la langue de Molière dès son plus jeune âge
    Le français devrait être enseigné dès le plus jeune âge. En effet, un jeune enfant apprend plus facilement une langue qu'un adulte. A titre d’exemple, j'avais été inscrit en 1945 dans une école publique qui dispensait cinq heures de français et deux heures d’arabe par jour. Pourtant, à la base, je n’avais aucune maîtrise de la langue de Molière. Pourtant, cinq ans plus tard, j’ai été admis à l’Ecole industrielle et commerciale de Casablanca qui est l’équivalent du lycée Lyautey, mais suivant une orientation technique. Si le gouvernement marocain décidait d’enseigner le français dès le cours préparatoire, nos jeunes élèves pourraient exceller tout le reste de leur cursus scolaire!
    B.S.

    cari-cl-043.jpg

                                                                                

    Casablanca: Un dépotoir à ciel ouvert

    casablanca-ordures-043.jpg

    ■ Un problème aux sources multiples!
    Nombreux sont ceux qui veulent sauvegarder la propreté de leur environnement. Néanmoins, ils sont freinés dans leur élan par les chiffonniers, mais également les mendiants, les ivrognes et les clochards. Ajoutez à cela les commerces vacants devenus pour la plupart de véritables dépotoirs ou encore les épaves de voitures abandonnées… Trop, c’est trop!
    Z.B.

    ■ Du travail de terrain avant tout!
    Casablanca a été délibérément ruralisée et ce n'est pas avec des écrits que la ville retrouvera son sourire d'antan. Ne nous parlez donc pas de la nouvelle police municipale pour résoudre le problème. En effet, ses éléments n’ont pas été formés pour le terrain, mais pour remplir de la paperasse… Que la commune commence d’abord à installer des poubelles dans chaque rue et à imposer à chaque habitation des sacs-poubelle en bonne et due forme au lieu de laisser s’accumuler odeurs nauséabondes et saletés sans nom. Ce n’est pas derrière un bureau que les problèmes de terrain se règleront!
    M.R.

    ■ Sensibilisons et sanctionnons
    Le problème de la propreté dans la ville blanche prend de multiples facettes! Tout d’abord, il y a les balayeurs qui devraient travailler de manière plus rigoureuse et sans demander la charité de manière presque automatique auprès des automobilistes. Ensuite, il y a ces conducteurs de voitures de luxe qui jettent sans la moindre honte kleenex et autres déchets ambulants à même les boulevards. Et que dire des chiffonniers et de leurs ânes qui dispersent les ordures et perturbent la circulation… Pour changer tout cela, il faut avant tout sensibiliser le peuple et perpétuer cette sensibilisation. Si cela ne fonctionne pas, il faudra en venir aux sanctions pécuniaires. Un moyen efficace pour ramener à la raison les contrevenants.o
    N.N.

                                                                                

    Foot: Le Derby fait encore des siennes!

    police-arrestation-043.jpg

    ■ Les fumigènes utilisés sans vergogne
    Nous savons éperdument que les fumigènes sont interdits lors des matchs. Pourtant, ils ont bien été ramenés dans le stade. Qui est chargé de contrôler les supporters lors de ce type d’évènements ? A mon sens, il y a une réelle faille sécuritaire. Je crains fort qu’un de ces jours, l’irréparable soit commis. Et ce jour-là, il sera trop tard…
    Rachid
     
    ■ Les matchs doivent être joués en dehorsde la ville

    Les matchs doivent être joués en dehors de la ville pour la sécurité des habitants, en particulier ceux vivant à proximité du stade. De plus, il devient urgent d’augmenter sensiblement le niveau de sécurité à l’entrée du complexe pour dissuader les supporters de faire entrer des armes et autres objets dangereux.
    Autre solution qui pourrait être bien utile, instaurer des horaires de sortie différents pour les supporters des deux équipes. Cela permettrait aux forces de sécurité de maîtriser davantage la situation et de réduire les dégâts.
    A.M.

    ■ Les résidents ont raison de se plaindre!
    La colère des résidents est justifiée ! Comment peut-on laisser des voyous envahir littéralement le centre-ville et prendre le risque de les réunir en grand nombre en un seul et même lieu?
    B.P.

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc