×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Snep: De nouvelles capacités dans le pipe

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5512 Le 09/05/2019 | Partager
    L’industriel investit pour répondre à la demande
    Plan Maroc Vert, adduction d’eau, agro-industrie… les débouchés
    snep_pvc_012.jpg

    Snep table sur une demande de PVC et Compound dépassant 140.000 tonnes à l’horizon 2024. Entre 2004 et 2018, le marché national a réalisé une croissance annuelle moyenne de 5,5%. En 2018, la demande a atteint 118.345 tonnes, en légère stagnation par rapport à 2017 (119.360 tonnes)

    La Société nationale d’électrolyse et de pétrochimie (SNEP) pronostique une évolution favorable du marché national dans ses trois principaux domaines d’activité. La filiale de Ynnna Holding table sur une demande dépassant 140.000 tonnes de PVC et Compound à l’horizon 2024.

    «Nous développons des compounds à valeur ajoutée qui seront destinés à l’industrie médicale et aéronautique», annonce Rachid Mohammadi, DG de la Snep. La prévision, faite sur la base d’une évolution de 3% par an, repose sur des programmes nationaux très importants, notamment le Plan Maroc Vert, pour les produits de l’irrigation et l’agro-industrie, les programmes d’adduction d’eau potable et d’assainissement ou encore les travaux publics et programmes d’électrification rurale.

    Les produits issus de la résine de PVC & Compound sont très demandés dans le BTP, l’irrigation, l’eau potable & l’assainissement ou encore les câbles et boîtiers. Pareil pour la soude, dont la demande croît dans les secteurs agro-alimentaires et miniers. A l’horizon 2024, la filiale de Ynna Holding table sur une demande de soude qui dépassera 80.000 tonnes. L’entreprise qui opère dans la pétrochimie et l’électrolyse a réalisé un chiffre d’affaires de 585,1 millions de DH, en hausse de 2,8%.

    Pour atteindre les objectifs, 5 orientations stratégiques ont été fixées par l’industriel, à commencer par l’augmentation de ses capacités de production dans les trois principaux domaines d’activité: résine PVC, soude caustique et Compound PVC. Le deuxième axe stratégique passe par la mise à niveau des équipements en vue d’améliorer la productivité.

    L’amélioration de la rentabilité de l’entreprise passe par cette mise à niveau, de quoi lui donner des points en termes de compétitivité. S’y ajoute le renforcement de l’efficacité énergétique en vue de l’optimisation des coûts.

    «Entre 74 et 75% de l’énergie que nous consommons sont d’origine éolienne. Nous aspirons à atteindre 100% via l’établissement d’un partenariat avec un troisième opérateur», annonce Rachid Mohammadi.

    Le quatrième axe est le développement de Compound PVC à plus haute valeur ajoutée en vue du renforcement de la rentabilité. Son programme d’investissement, initié depuis plusieurs années, se déploie en trois étapes.

    La première, qui a été initialisée en 2010 pour un budget de 230 millions de DH, a permis d’acquérir des licences d’exploitations, du know-how et une partie des équipements. Au deuxième semestre 2020, la deuxième étape de son programme d’investissement entrera en production, avec à la clé une augmentation de ses capacités de production annuelle de PVC qui atteindront 90.000 tonnes et de soude (75.000 tonnes).

    Pour l’heure, «50% du matériel est en cours d’installation», précise le dirigeant. L’entrée en production de la 3e étape du programme, qui vise une augmentation des capacités de production annuelle à 120.000 et 115.000 tonnes respectivement pour le PVC et la soude, est programmée pour le 2e semestre 2022.

    M.Ko.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc