×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tamesna à la recherche d’un nouveau souffle

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5485 Le 01/04/2019 | Partager
    12 ans plus tard, la ville fait le bilan sur ses projets et pointe les dysfonctionnements
    Le transport, un handicap pour la ville et ses 50.000 habitants
    tamesna-085.jpg

    La zone industrielle de Tamesna va certainement contribuer à la promotion de l’activité économique et la création de près de 1.700 emplois directs (Ph NEA)

    La ville de Tamesna est à la recherche d’un nouveau souffle pour se positionner comme une citée urbaine moderne et intégrée. Cette ambition a été confirmée lors d’une rencontre organisée, jeudi dernier, à l’occasion du 12ème anniversaire de lancement de cette ville.

    La majorité des intervenants étaient conscients des problèmes du passé, mais ils restent optimistes pour l’avenir de cette ville. A condition d’arriver à mobiliser l’ensemble des partenaires et créer des conditions favorables pour un nouveau départ, a précisé Abdelahad Fassi Fihri, ministre de l’habitat. Aussi, 2 conventions ont-elles été signées à cet effet.

    L’une concerne l’accompagnement dans l’animation de proximité dans les domaines social, sportif et culturel. La 2e convention porte sur la cession du nouveau marché couvert et ses dépendances,  à la commune de Sidi Yahya Zaër grâce à l’accompagnement de l’INDH. «Ce marché va permettre de lutter contre le commerce ambulant au niveau de la ville de Tamesna», indique un élu de la commune.

    Les responsables du Groupe Al Omrane ont profité de l’occasion pour faire le point sur les projets réalisés et les autres en cours ou programmés. «La ville est dotée actuellement d’une zone industrielle qui a été aménagée sur 17 ha pour accueillir 38 unités industrielles dont 7 sont déjà opérationnelles et 24 en construction», a indiqué Badre Kanouni, président du Directoire du groupe Al Omrane.

    Aujourd’hui, 44 administrations publiques sont disponibles à Tamesna pour répondre aux besoins des citoyens en matière de sécurité, de santé, de sport et de culture, selon la direction d’Al Omrane. Mais beaucoup de travail reste encore à faire pour drainer d’autres locataires et des investisseurs pour donner vie à cette ville. Le transport reste le problème principal qui handicape le développement de Tamesna, car ses habitants vivent le calvaire pour se déplacer à Témara ou à Rabat.

    A ce titre, on rappelle le projet de la route reliant directement Tamesna à la capitale dont l’avancement des travaux avoisine 70%. Il faut aussi accélérer la réalisation de deux autres projets dont l’impact sera bénéfique sur la promotion de la ville. Il s’agit de l’hôpital encore en chantier et le projet de la cité universitaire qui tarde encore à voir le jour.

    Signalons par ailleurs que la ville de Tamesna compte actuellement plus de 50.000 personnes qui habitent dans des logements construits dans le cadre du partenariat entre les promoteurs privés et le groupe Al Omrane. Ces projets ont permis la réalisation de 23.000 logements et 4.040 unités de relogement, est-il indiqué.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc