×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Internet mobile: Comment Inwi est arrivé 1er 2 ans de suite

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5482 Le 27/03/2019 | Partager
    Débit, temps de latence, qualité de navigation, streaming… Les indicateurs
    Baromètre nPerf: Les conclusions d’une méthodologie éprouvée
    Des millions de tests et de mesures de réseaux mobiles par an
    inwi_internet_mobile_082.jpg

    Au Maroc, la communauté nPerf est en train de tisser sa toile. Elle compte déjà à son actif 40.000 utilisateurs mobiles (Ph. AFP)

    Inwi place la barre très haut sur «l’accès Internet mobile». Il revendique la première place du podium, pour la 2e année consécutive, loin devant Maroc Telecom et Orange. Un classement qui n'est pas décrété par l’opérateur lui-même. Ce sont là les conclusions récentes de l’enquête indépendante nPerf.

    En effet, selon le baromètre nPerf (abréviation de Network Performance), la filiale télécoms du groupe Al Mada (ex-SNI) rafle la 1re marche du podium des opérateurs télécoms au Maroc en 2018. Ce qui en fait «le meilleur réseau Internet mobile» avec un score de 53.557 points , en nette progression par rapport aux résultats obtenus en 2017 (47.050 points), lesquels lui avaient aussi valu la première place.

    «Marge d'erreur nulle»

    Sur la 4G en 2018, les 2 autres opérateurs ont réalisé des performances différentes: 43.135 pour Orange, et 42.347 pour Maroc Telecom. «Ce sont là les moyennes des scores de la totalité des tests complets effectués toutes technologies confondues (2G /3G et 4G)», explique le management de nPerf.

    Un score qui tient compte d’un certain nombre d’indicateurs scientifiques et mesurables dont  L'Economiste a pu découvrir la fiabilité lors de la visite de la plateforme nPerf  à Lyon. Méthodologie, outils, fonctionnement, démonstration.... sur place, les équipes procèdent à une batterie de mesures dans le cadre d’un test complet qui tient compte de nombreux paramètres.

    Parmi ces mesures, l'analyse du débit descendant, du débit montant, du temps de latence (le temps d’aller-retour entre un navigateur et un serveur ou le délai de réaction que mettent les données à voyager entre la source et la destination), de la qualité de la navigation Web ou encore de la performance vidéo (streaming)…  «La marge d’erreur est nulle», fait valoir Renaud Keradec, président de nPerf. Il s’agit d’une technologie brevetée et développée en France qui repose sur des données recueillies en temps réel  par 750 serveurs actifs à travers le monde afin de pouvoir effectuer des tests fiables. nPerf dispose également d’une application pour mesurer la qualité d’une connexion mobile depuis un smartphone ou une tablette. 

    Ce qui en fait le premier acteur en France en termes de mesure de la connexion Internet fixe et mobile, qui plus est reconnu par des opérateurs de référence dans l’Hexagone (Orange, Bouygues Telecom, Free, SFR) et même ailleurs (Telefonica, Vodafone, True…) pour la qualité et la fiabilité de ses données.

    100% français et 100%  indépendant, nPerf assure avoir enregistré 3,6 millions de téléchargements dans le monde en 2018, 1,5 million de téléchargements en France, 65 millions de tests en 2018 ou encore 9 milliards de données Radio (couverture)… Au Maroc, la communauté nPerf est en train de tisser sa toile. Elle compte déjà à son actif 40.000 utilisateurs mobiles. La TPE française revendique 300.000 tests sur réseau fixe en 2018 ou encore 55.000 tests sur réseaux cellulaires l’an dernier au Maroc.

    Au total, la start-up lyonnaise (12 salariés) annonce avoir effectué 28 millions de mesures de couverture au Maroc! Le baromètre se limite sur le mobile à travers un panel de 55.000 utilisateurs au Maroc. La démarche consiste d’abord à filtrer les tests douteux, les smartphones suspects et éliminer les robots. Après les équipes calculent la moyenne annuelle des débits (ascendants et descendants), la latence (un indicateur très pertinent qui prend  du  poids dans les algorithmes de score), la navigation Web (Browsing),  pour couvrir plusieurs pages Web en même temps, ou encore le streaming… Le mode opératoire consiste à recueillir en temps réel et simultanément les données via quatre terminaux compatibles mis sur une flotte pour ne pas fausser les résultats. Ces derniers annoncent la tendance par rapport à la période qui suit. Ce qui permet aux opérateurs de tester en temps réel les données, d’anticiper et prendre des mesures à l’avance pour inverser la tendance. Une fois recueillies, les données  font office de tableau de bord  pour les opérateurs en ce sens qu’ils peuvent superviser la concurrence et enclencher les ajustements qui s’imposent sur les zones dites «blanches».

    Outil de veille concurrentielle

    «Le baromètre est un outil de veille concurrentielle pour accélérer le déploiement des infrastructures, mettre la pression sur les opérateurs voire stimuler la compétition sur des bases scientifiques et mesurables», explique Antony Saffroy, chief operating officer. «Un réseau c’est comme un organisme qui change de fréquences… Il est en vie en permanence», résume Arik Benayoun, manager Sales & Business Développement.

    Le baromètre a aussi le mérite d’aider le grand public à diagnostiquer le réseau et opter pour l’opérateur qui assure la meilleure couverture sur un territoire donné. In fine, «la valeur ajoutée de la plateforme nPerf  réside dans sa capacité à fournir des benchmarks sur le réseau, permettre à un opérateur de se mesurer par rapport à la concurrence voire anticiper et cibler les orientations des investissements en fonction des données pour pouvoir inverser le classement», fait valoir Renaud Keradec, président.

    Le modèle économique nPerf repose, selon son fondateur, sur la vente de données à des opérateurs, des régulateurs… «Le label nPerf permet de faire valoir une méthodologie avec une volumétrie transparente», ajoute-t-il. Jusque-là, les opérateurs télécoms représentent 98% des clients de nPerf. Au-delà du classement, il leur fournit également des bases de données ou des indicateurs sur les zones à problème.

    En plus des opérateurs et régulateurs, la plateforme cible également les investisseurs, les collectivités, les entreprises avec flotte de véhicules, bus, compagnies de taxi, VTC…

    5G, ready!

    Avant même  le lancement de la 5G au Maroc, Inwi se dit prêt à passer à la vitesse supérieure. Des tests ont déjà été effectués et ils s’avèrent «concluants». L’opérateur annonce avoir modernisé son cœur de réseau avec des «plateformes virtualisées 5G de dernière génération». L’opérateur annonce avoir entrepris des efforts de modernisation au niveau du réseau radio (antennes relais notamment). Aussi, les nouveaux équipements installés sur les sites radio «sont compatibles». Ce qui permet un déploiement rapide et élargi de cette technologie. Inwi annonce avoir réorganisé l’architecture de son réseau en déployant massivement de la fibre optique ainsi que de nouvelles solutions de transmission offrant des capacités compatibles avec les flux générés par la  5G. Ce qui garantit plus de souplesse, d’agilité et d’adaptations avec les futures technologies. Pour la mise en place d’une série de tests pilotes 5G, l’opérateur a signé un accord de partenariat avec le groupe Huawei. «Les pilotes bénéficient de la dernière technologie 5G de gré à gré, y compris la partie radio, transmission, terminaux…», confirme un cadre dirigeant de Huawei Afrique du Nord.

    Dnes à Lyon, Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc