×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Ordre des experts-comptables: 1re édition du Prix de la recherche

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5436 Le 22/01/2019 | Partager
    Les deux gagnants sont lauréats de l’ISCAE
    Ils ont tous les deux démarré leur carrière au cabinet PricewaterhouseCoopers
    iitimad-ouazzani-et-aderrahmane-salhi-036.jpg

    Iitimad Ouazzani, lauréate du prix du meilleur mémoire d’expertise comptable, et Aderrahmane Salhi, gagnant du prix de la meilleure thèse de doctorat (Ph. OEC)

    Double consécration pour Abderrahmane Salhi qui a remporté la semaine dernière, pour sa thèse «Contribution à la connaissance de la gouvernance des entreprises familiales - Cas des entreprises familiales marocaines non cotées», le Prix de L’Economiste pour la recherche en économie et gestion catégorie Doctorat (voir L’Economiste N°5435 du lundi 21 janvier), et le Prix de l’Ordre des experts-comptables (OEC) pour la meilleure thèse de doctorat.

    Le gagnant a été encadré par les professeurs Abdelgnani Bendriouch et Fawzi Britel. Il est actuellement directeur général de Maroc Bureau. Salhi a démarré sa carrière au sein du Cabinet PricewaterhouseCoopers, en tant qu’auditeur. Il a par la suite gravi les échelons jusqu’à occuper le poste de directeur du bureau de Rabat. Il a, à son actif, un diplôme d’expert-comptable et un MBA de l’école des Ponts et Chaussées.

    Le Prix de l’Ordre, lancé en avril 2017, a également récompensé le mémoire d’expertise comptable. Le prix pour cette catégorie a été remis, lundi dernier, à Casablanca, à Iitimad Ouazzani.

    Son mémoire porte sur  la «Proposition d’une démarche d’évaluation du dispositif de gestion et de contrôle du risque de liquidité au sein des banques marocaines», dirigé par le professeur Abdelaziz Al Mechatt. Ouazzani a, elle aussi, débuté son parcours professionnel au sein du cabinet PricewaterhouseCoopers. Elle rejoint par la suite Bank Al-Maghrib, puis le groupe Caisse de dépôt et de gestion (CDG), où elle a occupé plusieurs postes de responsabilité.

    Elle décide de changer de voie, en devenant coach professionnel. Aujourd’hui, Iitimad Ouazzani fait partie des rares marocains certifiés «Licensed human element practitioner-LHEP». Les deux lauréats ont soutenu leurs travaux de recherche à l’ISCAE. Ils ont reçu un prix de 25.000 DH chacun.

    Le Prix de la recherche de l’OEC vise à encourager la recherche dans les domaines multidisciplinaires de l’expertise comptable. Il est également ouvert aux travaux réalisés dans d’autres disciplines comme la gouvernance, le management du risque, la performance organisationnelle ou encore le pilotage stratégique.

    Le jury compte des experts-comptables, des professeurs universitaires et des professionnels de l’entreprise. Il est présidé par le Pr. Rachid M’rabet, directeur du Centre des études de recherches doctorales en gestion (Cedoc) du groupe ISCAE. «Ce concours compte aussi un troisième prix pour le master de recherche le plus méritant, mais nous n’avons pas reçu de travaux en ce sens cette année», indique le président du jury. 

    T.E.G.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc