×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Secteur minier: Le Maroc vend son modèle en Chine

    Par Nadia DREF | Edition N°:5377 Le 23/10/2018 | Partager
    Stratégie minière, nouvelles zones ouvertes à l’investissement, législation… Les atouts
    Accélération de la mise en œuvre de la feuille de route portant sur 200 milliards de DH à l’horizon 2027
    secteur_minier_077.jpg

    Le Maroc abrite d'importantes réserves de phosphates et dispose d’une industrie phosphatière développée lui conférant le premier rang d’exportateur au niveau mondial. Il occupe également une place de choix au niveau mondial et africain pour un certain nombre de substances minérales telles que le zinc, le plomb, la barytine, la fluorite, le cobalt, l’argent...

    Favoriser de nouveaux investissements, durabilité, innovation, création d’emplois… Ce sont là les principaux objectifs fixés pour le secteur minier. «Le secteur minier hors phosphate est aujourd’hui confronté à plusieurs défis, notamment la nécessité de découvrir de nouveaux gisements miniers, d’optimiser la valorisation des substances minérales exploitées et assurer son développement durable», a déclaré Aziz Rabbah, ministre de l'Energie, des Mines et du Développement durable, aux travaux de «China Mining 2018» à Tianjin en Chine.

    D’autant plus que le contexte mondial en pleine mutation et redistribution des cartes exige de relever les multiples challenges. «Dans un contexte international en pleine mutation, le Maroc entame une phase de déploiement accélérée de sa stratégie minière dotée d’une enveloppe d’investissement de 200 milliards de DH à l’horizon 2027», soutient le ministre de tutelle.

    Après la promotion de ce secteur auprès des Canadiens en mars dernier, une importante délégation de la tutelle vend le modèle marocain aux investisseurs chinois et étrangers. Un échantillon trié sur le volet sachant que cette conférence mondiale se considère comme la plus grande plateforme mondiale de coopération internationale dans le domaine des mines.

    Organisé sous le thème: «Un nouveau modèle d'ouverture et un nouveau statut de coopération», cet événement a accueilli plus de 400 exposants et 10.000 délégations et visiteurs à travers le monde. Prospection minière, commerce et commercialisation des produits, politiques d'investissement, développement de la logistique et des technologies du secteur, tendances de développement des industries, élaboration des politiques minières en Chine... Autant de domaines passés au crible par les experts du secteur.

    Le ministre de tutelle vient de participer à une réunion ministérielle de haut niveau qui a rassemblé des ministres des Mines ainsi que des présidents et directeurs généraux des grandes sociétés minières. Il a également tenu plusieurs rencontres bilatérales avec ses homologues ainsi que des acteurs économiques internationaux pour analyser les moyens de renforcer la coopération et attirer les investissements dans le secteur des ressources minières.

    Objectif: mettre en exergue les opportunités offertes aux investisseurs étrangers intéressés par le marché marocain conformément à la stratégie minière. «Le secteur minier marocain offre plusieurs opportunités d’investissement grâce à un environnement politique stable, une géologie favorable, un cadre législatif et règlementaire adéquat et la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée et bien évidemment l’existence d’une infrastructure de transport et de logistique de classe mondiale», soutient la tutelle. 

    La feuille de route du secteur s’articule autour de trois axes: modernisation de la réglementation, augmentation de la cadence de la cartographie géoscientifique ou encore la restructuration de l’activité minière artisanale. Un des chantiers prioritaires est la restructuration de la région de Tafilalet et de Figuig pour l’ouvrir aux investisseurs qui est en cours de finalisation.

    Cette action vise à donner une attractivité à l’activité minière dans cette zone qui s’étend sur une superficie de 60.000 km² (soit 2 fois la surface de la Belgique)  et qui renferme des potentialités minières prometteuses exploitées actuellement via des méthodes traditionnelles. La tutelle vise à relancer l’activité dans la région tout en sauvegardant les droits et les intérêts des artisans.

    Les investisseurs pourront également profiter  d’un cadre législatif et réglementaire incitatif. Depuis le 23 mai 2016, la loi n°33-13 relative aux mines est entrée en vigueur introduisant plusieurs mesures. Il y a lieu de signaler l’extension du champ d’application de la législation minière à d’autres substances minérales à usage industriel telles que la calcite, le feldspath, la magnésite, la perlite à l’exception des matériaux de construction et de génie civil.

    S’y ajoute l’introduction de l'autorisation de prospection offrant aux entreprises minières la possibilité d’opérer sur des zones de grandes superficies allant de 100 à 600 km² et pouvant atteindre 2.400 km². La loi a également autorisé l’extension du titre minier à l’ensemble de produits de mines au lieu d’une catégorie déterminée instaurée par l’ancienne réglementation.

    Autre nouveauté: la réforme a rendu possible l’introduction de nouvelles autorisations pour l’exploitation des cavités souterraines destinées au stockage du gaz naturel et pour l’exploitation des haldes et terrils.

    Autres mesures adoptées, l’extension de la durée de validité de la licence d’exploitation des mines et son renouvellement jusqu’à épuisement des réserves ou encore l’introduction de dispositions relatives à l’étude d’impact sur l’environnement et du plan d’abandon pour assurer un développement durable.

    Atouts de l’offre Maroc

    • Un régime fiscal attractif
    • Un emplacement géographique
    • approprié
    • Des zones inexplorées
    • Infrastructures et logistique
    • Des cadres législatifs et
    • réglementaires adéquats
    • Une expertise dans le secteur
    • Un environnement politique stable
    • Une géologie favorable

    Accélérer les gisements

    En matière de géologie, le Maroc a mis en place une feuille de route déclinant la vision 2015-2025 en projets cartographiques concrets et prioritaires. Objectif: atteindre des taux de couverture de 51% en cartes géologiques (contre 36% en 2015), 49% en cartes géophysiques (contre 42%) et 25% en cartes géochimiques (contre 8%). L’objectif est d’accélérer le rythme de la production cartographique pour rattraper le retard cumulé au fil des années en matière de cartographie géologique, outil incontournable pour la connaissance des potentialités minières dont recèlent le sol et le sous-sol marocain. Cette cartographie servira également à la mise à la disposition des investisseurs d’une infrastructure géologique appropriée et fiable pour l’ensemble du territoire national.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc