Analyse

Secteur minier: Le détail du plan d’investissement

Par Nadia DREF | Edition N°:5377 Le 23/10/2018 | Partager
Quatre projets miniers en cours de développement
OCP et Managem, fers de lance de la coopération Sud-Sud

Le Maroc est résolu à booster davantage les investissements miniers hors phosphates afin de donner un nouvel élan à cette activité. Forts de cet élan, plusieurs projets sont en cours de développement. Le premier est celui de Zgounder. Il s’agit de la réouverture par le groupe canadien Maya Gold and Silver de la mine d’argent de Zgounder.

Le coût de l’investissement est estimé à 200 millions de DH. Ce projet permet la création de 170 emplois. Le deuxième projet porte sur la réouverture de la mine Oumjrane par Managem. Il concerne la production de concentré de cuivre par mines souterraines avec un investissement initial de 394 millions de DH.

Le troisième projet est celui de «Bou Maadine». Il porte sur la reprise de l’activité dans la mine polymétallique de Boumaadine (Au, Ag, Zn, Pb, Cu) dans le cadre d’une convention signée entre Maya Gold and Silver Inc. (80%) et l’Onhym (20%). Le coût global de l’investissement est estimé à 345 millions de DH.

Quant au projet Achmmach, il est en cours de développement. Le gisement stannifère d’Achmmach (province d’El Hajeb) a été découvert par le Bureau de recherches et de participations minières (BRPM) en 1985. Ce site a fait l’objet d’une cession à Kasbah Ressources (Australie) en 2005. Le projet table sur un investissement global de 220 millions de DH. Il devra créer 350 emplois lors de la construction de la mine et de 250 à 300 en cours d’exploitation.

Dans le cadre de la coopération Sud-Sud, le Maroc, à travers le groupe OCP et Managem, mène plusieurs investissements miniers en Afrique. Citons à cet égard un accord-cadre de coopération qui a été signé entre OCP SA et le ministère éthiopien de l'Industrie publique pour l'établissement d'un complexe industriel d'engrais.

L’enveloppe budgétaire allouée s’élève à 3,7 milliards de dollars. Le groupe phosphatier a également paraphé un mémorandum d'entente avec le groupe Dangote pour un partenariat stratégique en vue de développer l'industrie des engrais au Nigeria. S’y ajoute un mémorandum d'entente entre le ministère de l'Agriculture et des Ressources animales du Rwanda et OCP Group. Cet accord porte sur l'établissement d'unités de production d'engrais.

Du côté de Managem, la filiale d’Al Mada a lancé un projet d’extension de l’unité de production de l’or au Soudan. Objectif: doubler la capacité actuelle. Elle développe un projet TRI-K en Guinée. Ce dernier concerne la réalisation des travaux de certification des ressources et d’étude de faisabilité du projet d’or.

Etat des lieux

La production minière nationale a totalisé 35,11 millions de tonnes en 2017. Elle est largement prédominée par les phosphates qui constituent plus de 90% de la production. Le chiffre d’affaires a atteint 56,5 milliards de DH. Quant aux emplois, ils se sont élevés à 41.000 postes. S’agissant des phosphates et dérivés, le sous-sol national recèle les plus grandes réserves mondiales (73% du total). Le Maroc est le 1er exportateur des phosphates et dérivés qui fournit 160 clients à travers les 5 continents. Depuis 2009, le groupe OCP mène une stratégie commerciale visant la régulation de l’offre et de la demande et la maîtrise des prix des phosphates et dérivés. L’objectif visé est de porter la part du marché du Maroc à 40% pour tous les produits (phosphate brut, acide phosphorique et engrais). L’OCP vise également le renforcement de la position du Maroc en Afrique à travers l’accroissement des exportations des engrais, précise le ministère de tutelle.  Les exportations sont passées de 50.000 tonnes en 2006 à 2,5 millions de tonnes en 2017.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc