Dossier Spécial

Fondation nationale des musées, la vitrine culturelle du Maroc

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5336 Le 17/08/2018 | Partager
Des expositions de renommée mondiale
De l’art marocain dans les institutions internationales
fondation_nationale_des_musees_036.jpg

Grand amoureux des arts et de la culture, SM le Roi Mohammed VI est un collectionneur averti. Ici, le Souverain admirant «La mère de Whistler» du peintre James Abbott McNeill Whistler à l’occasion de l’inauguration du Louvre Abu Dhabi, le 8 novembre 2017 (Ph. AFP)

Georges Braque, André Derain, Albert Marquet, Pierre Bonnard, Henri Matisse, Pablo Picasso, Salvador Dalí, Joan Miró, Antoni Tàpies… Nous ne sommes ni au Louvre à Paris, ni au Metropolitain Museum de New-York et encore moins à la Tate Gallery de Londres, mais bien au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MM6) où sont exposées quelques-unes des plus belles œuvres du XXe siècle. Une prouesse inimaginable au Maroc il y a quelques années à peine.

L’exposition-évènement, qui se tient jusqu’au 27 août, issue de la collection du Centre Pompidou à Paris, réalisée spécialement pour l’institution rbatie, est exceptionnelle à plus d’un titre. «La Méditerranée et l’art moderne» donne à voir quelque 80 peintures, sculptures et photographies, dont certaines jamais exposées.

Elle couvre l’ensemble du siècle (1900-1988), et propose au visiteur de reconsidérer l’histoire de l’art du XXe siècle dans son rapport à l’espace et à l’imaginaire méditerranéen. Dans une des ailes mitoyennes, une autre exposition est dédiée à l’un des artistes les plus importants de l’histoire de l’art marocain. Il s’agit d’une exposition-hommage à l’inventeur de la modernité Mohamed Cherkaoui.

Le MM6 multiplie, depuis sa création, les expositions phares: César, Modigliani, Picasso… installant de facto la capitale du Royaume dans le circuit muséal international. Le tout orchestré de main de maître par Mehdi Qotbi, artiste peintre, influenceur reconnu et lobbyiste redoutable, nommé par le Souverain à la tête de la Fondation nationale des musées en 2011. 

Objectif: Remettre à niveau les musées existants et en créer de nouveaux, organiser des expositions temporaires au Maroc et à l’étranger, encourageant le public à visiter les musées… Il aura fallu peu de temps, malgré quelques résistances, à l’infatigable Qotbi pour révolutionner le concept muséal au Maroc.

Exit les vieux musées poussiéreux, lieux morts qui habitent encore nos souvenirs. La fondation s’est très vite attelée à mettre en place une nouvelle approche de management culturel moderne, audacieuse, qui vise à faire des musées des espaces publics modernes, accueillants et attractifs. Une révolution pour une institution figée depuis des décennies.

La fondation s’est vu confier la gestion de 14 musées. Des bâtiments muséaux pour la majorité en décrépitude tout comme les objets de collection intra-muros qu’ils présentaient. Défaut de conservation préventive, manque de laboratoire de restauration, absence d’un budget conséquent… la fondation a fait de la réhabilitation des musées un des principaux axes de sa stratégie.

Restauration des bâtiments et des œuvres, nouvelle scénographie, nouvelle signalétique, bornes interactives, publications, espaces didactiques, ateliers d’animation culturelle, outils de communication… Une cure de jouvence, opérée à un rythme effréné.

Ainsi, après la réouverture du Musée de la Kasbah des cultures méditerranéennes de Tanger en 2016 et le Musée de l’histoire et des civilisations de Rabat en 2017, le public a découvert, en décembre dernier, le majestueux Musée des confluences Dar El Bacha à l’occasion de l’exposition: «Lieux saints partagés», présentée en collaboration avec le Mucem.

À Safi, le Musée national de la céramique a rouvert ses portes dans un nouvel espace attractif et accueillant, qui permet de découvrir des trésors archéologiques et patrimoniaux qui couvrent toute la diversité de la création céramique et des techniques employées, de l’antiquité à l’époque contemporaine.  L’ouverture du Musée national de tissage et de tapis à Marrakech est annoncée.

L’institution offrira une belle cartographie du tapis marocain, qui met en avant sa richesse et sa diversité. Le Musée Dar Jamai, dont l’ouverture est également imminente, présentera une collection ethnographique diversifiée témoignant de la culture de la région de Meknès. 

Le Musée ethnographique de Bab Okla de Tétouan a connu à son tour d’importants travaux de restauration qui font de lui l’une des institutions culturelles phares de la région du Nord. Mais l’offensive culturelle se fait également hors les murs, voire même en dehors du pays. Au printemps 2017, toute la ville de Rabat s’est mise à l’heure des arts africains pour «L’Afrique en capitale».

Un évènement sur plus de 2 mois qui a permis de découvrir la vitalité d’artistes venus d’une trentaine de pays d’Afrique qui font honneur à ce continent dont le dynamisme culturel est indéniable. En 2015, c’était tout le Maroc contemporain qui était exposé à Paris, au sein de l’Institut du monde arabe.

Une exposition-événement, l’une des plus importantes jamais consacrées en France à la scène artistique contemporaine d’un pays étranger, présentant le travail de plus de 80 artistes vivants (plasticiens, designers, vidéastes, architectes, créateurs de mode, danseurs, etc.) sur 2.500 mètres carrés.

L’exposition qui a drainé quelque 70.000 visiteurs faisait échos à une autre manifestation, au Musée du Louvre, toujours dans la capitale française. Une exposition unique et itinérante retraçant la période allant du XIe au XVe siècle et retraçant la grandeur du Maroc au cours des différentes dynasties qui se sont succédé au pouvoir: les Almoravides, les Almohades et les Mérinides.

L’évènement aura attiré plus de 170.000 visiteurs en 3 mois. A Marseille, «Splendeurs de Volubilis» offrait à voir, toujours en partenariat avec la Fondation des musées, les magnifiques bronzes de l’époque romaine issus des collections du Musée des civilisations de Rabat. Des œuvres en bronze qui constituent selon les spécialistes l’une des collections de bronze les plus exceptionnelles du monde antique méditerranéen.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc