×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Opération Marhaba, mode d’emploi

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5314 Le 13/07/2018 | Partager
    Dispositif logistique, technique et humain pour un transit plus fluide
    La Fondation Mohammed V préparée à faire face aux imprévus
    Tanger-Med supporte 65% du volume des passagers
    marhaba_2018.jpg
    Sur le plan sécuritaire, des ressources humaines sont mobilisées au niveau de la DGSN, de la Gendarmerie royale et des forces auxiliaires. Les postes frontières sont équipés de matériel de détection électronique et de scanners (Ph L’Economiste)

    Plus de 531.000 MRE ont déjà franchi le sol marocain pour passer  les vacances estivales. Une cadence qui va augmenter pour dépasser les 2,2 millions enregistrés l’année dernière, est-il indiqué auprès des autorités. Côté marocain, le dispositif d’accueil sur tous les points est en place. Depuis que la Fondation Mohammed V pour la solidarité a pris en charge l’opération de transit, en collaboration avec le ministère en charge des MRE, les choses se sont nettement améliorées. Elle a déployé un dispositif logistique d’envergure, combinant moyens techniques et humains. Il s’agit d’une mobilisation de plus de 1.000 personnes, composées de médecins, infirmières, assistantes sociales et des volontaires affectés aux différents points de transit. Le but est d’être à l’écoute des MRE, de les assister et de leur fournir les secours nécessaires tout au long de leur trajet jusqu’à leur arrivée dans leurs familles. 
    Une logistique conçue et mise en place bien avant l’arrivée des MRE. L’opération de transit, baptisée Marhaba a été gérée par une commission nationale, présidée par le ministère de l’Intérieur. C’est cette cellule qui a préparé le dispositif organisationnel, tout au long de l’année. En parallèle, un mécanisme de concertation a été mis en place entre le Maroc et l’Espagne, à travers la commission mixte maroco-espagnole de transit. Les deux partenaires ont coordonné leurs actions en fonction de trois composantes essentielles, à savoir la sécurité, la proximité et la fluidité. Ce dernier axe représentant l’essentiel des retours au pays, un accent particulier a été mis sur le transport maritime. En effet, il représente près de 44% des flux transitant par les ports du Royaume. Pour cette opération, les principales dispositions prises concernent essentiellement la mise en place d’un plan de flotte qui sera assuré par 9 compagnies maritimes. Celles-ci exploitent pas moins de 24 navires, et d’autres seront mobilisés lors des périodes de grande affluence. Ce plan de flotte assurera une capacité journalière globale de 40.000 passagers et 11.000 véhicules. Sur ce volet, plusieurs mesures ont été prises pour garantir la régularité et le respect des engagements des compagnies maritimes, notamment la mise en place d’un cahier des charges par ligne maritime a été adoptée. Le but est d’assurer la validité des certificats, l’amélioration de l’accomplissement des formalités administratives à bord, la mise en place des navires de substitution en cas d’arrêt technique et la qualité des services à bord. Ainsi, au niveau du Port de Tanger-Med qui supporte à lui seul 65% du volume des passagers empruntant la voie maritime, plusieurs disposition ont été prises, notamment la mise à disposition de 10 navires sur la ligne Tanger Med-Algésiras, le traitement spécifique des autocars par l’autorité portuaire, à travers l’enregistrement, la réservation et la distribution des cartes d’embarquement au niveau de la gare maritime Tanger-Med. A cela, s’ajoutent le renforcement de la signalisation et la mise en place d’un système de sonorisation complémentaire du port et l’instauration d’un mode de gestion des files d’attente à bord des navires. Tout cela a nécessité une enveloppe financière de 65 millions de DH, destinés à des réaménagements portuaires, à l’amélioration de l’affichage et à la maintenance des équipements et des installations techniques. 
    Le transport aérien n’est pas en reste. En effet, dans le cadre de son programme 2018, la RAM a élargi son dispositif en renforçant les fréquences des vols et le développement des capacités de transport. Cela, à travers l’ouverture de nouvelles lignes directes, l’exploitation de certaines par des vols supplémentaires et l’affrètement de nouveaux appareils pour desservir au mieux les destinations privilégiées par les MRE. 

    Aires de repos 

    La Fondation Mohammed V pour la solidarité a réactivé les 20 espaces aménagés au Maroc et à l’étranger pour accompagner l’intensité du trafic aérien et maritime enregistré régulièrement durant la période estivale. Il s’agit des aires de repos à Taourirt, Tazaghine et Jebha ainsi que les sites d’accueil des ports de Tanger-Med, Tanger-ville, Nador, Al Hoceïma, Bab Sebta, Bab Melilla et les aéroports de Casablanca, Oujda, Agadir, Fès et Marrakech. A l’étranger, les sites d’accueil Marhaba sont situés au niveau des ports européens d’Almeria, Algésiras et Motril en Espagne, Sète en France et Gênes en Italie.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc