×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Evasion fiscale: Changements dans la liste noire

    Par Amine SAHRANE | Edition N°:5190 Le 18/01/2018 | Partager
    Le Panama et sept autres pays entrent en zone grise
    Le classement de l’UE en train de perdre toute crédibilité

    L’Union européenne s’apprête à introduire des changements dans sa liste noire des paradis fiscaux. Lors de leur réunion prévue le 23 janvier à Bruxelles, les ministres des finances de l’UE vont retirer huit pays de cette classification, dont le fameux Panama. Les sept autres sont: la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis, la Tunisie, la Mongolie, Macao, Grenade et la Barbade. La décision devrait être adoptée sans discussion.

    Les huit pays engagés ont en effet fourni des engagements qui ont été évalués et approuvés par les experts de l’Union Européenne. Ces pays passeront donc en «liste grise», et resteront sous surveillance étroite. La zone grise comprend une cinquantaine de pays qui doivent respecter leurs engagements dans un délai d’un an. Ceux sur la liste qui sont en développement ont une année supplémentaire pour réformer leurs systèmes.

    La liste noire des paradis fiscaux avait été établie par l’Union européenne le 5 décembre 2017, mais elle commence à perdre sa crédibilité. Ce classement a été en effet établi en conséquence d’une série de scandales d’évasion fiscale, dont le célèbre «Panama Papers». Le fait que cet incident implique directement l’Etat du Panama relève plusieurs questions sur la pertinence de cette liste.

      Selon Markus Ferber, membre allemand du parlement européen, la liste noire «devient un sujet de moquerie». «Panama a construit sa réputation comme étant un excellent paradis fiscal et un hub pour le blanchiment d’argent pour de nombreuses années. Les «Panama Papers» en sont une preuve» a-t-il ajouté.

    Le Panama figure ainsi sur la même liste que le Maroc. La Tunisie, qui vient elle aussi s’y ajouter, a travaillé de manière étroite avec les responsables européens pour changer de place, après être arrivée trop tardivement en décembre. La Corée du Sud et les Emirats Arabes Unis sont des blocs stratégiquement et économiquement importants pour l’UE.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc