×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    «La lutte contre le chômage, d’abord sur les territoires»

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4954 Le 06/02/2017 | Partager
    myriam_el_khoumri.jpg

    Pour Myriam El Khomri, la ministre française du Travail et de l’Emploi, la formation constitue un enjeu majeur à l’avenir. Elle est une exigence morale, sociale mais également économique  (Ph. AFP)

    - L’Economiste: Le Maroc est engagé dans une régionalisation avancée qui constitue une opportunité pour l’emploi. Comment peut-il tirer profit de l’expérience française?
    - Myriam El Khomri:
    Ces chantiers lourds ne doivent pas être appréhendés d’un point de vue juridique dans un premier temps, mais plutôt avec une approche opérationnelle. La question de territorialisation a suscité des débats sur le transfert des moyens et du personnel. Nous avions signé des feuilles de route entre l’Etat et les régions après négociation qui posent les grands principes sur certains volets: formation professionnelle, apprentissage, coordination… Pour réussir ce type de chantier, il faut aussi savoir expérimenter.

    - Des expérimentations de quel ordre?
    - J’ai, par exemple, autorisé deux expériences importantes dont l’une porte sur la possibilité d’expérimenter l’âge de l’apprentissage de 25 ans pour aller jusqu’à 30 ans avec sept régions qui se lancent dans ce challenge.
     
    - Il semble que le contrat de travail de certains Français au Maroc pose problème. Comment sur le plan juridique peut-on garantir les droits des travailleurs dans les deux pays?
    - Il y a eu certaines situations difficiles dans le cadre de leur contrat de travail notamment en CDI. En effet, du fait que le permis du contrat de travail étranger (CTE) soit à durée limitée, certains salariés ont été licenciés sans avoir droit à leurs indemnités. Cette difficulté est certes du ressort du juge, mais il y a aussi un énorme travail fourni par les administrations qui a permis de clarifier les difficultés rencontrées. 
    Cela pourra donc permettre d’améliorer certaines situations qui étaient une forme d’injustice, puisqu’on a le droit à certaines indemnités de licenciement lorsqu’on contracte un CDI.

    - Comment expliquer la légère reprise de l’emploi en France?
    - Premier pas, nous avons donné aux entreprises la possibilité de retrouver leur compétitivité, cela grâce au Pacte de responsabilité. Celui-ci a permis aux entreprises de retrouver des marges avec une augmentation de l’investissement qui est l’emploi pour demain. Le préalable à la baisse du chômage, c’est la création d’emplois marchands. 
    En effet, depuis 18 mois, on a créé 240.000 emplois marchands, un résultat non réalisé depuis plusieurs années. Cela a contribué à la baisse du chômage sur l’année 2016 avec moins de 100.000 demandes d’emploi. L’amélioration de la formation figure également parmi les actions prioritaires, car on était mauvais en termes de formation des demandeurs d’emploi.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc