×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Approche Hermann
    Managez suivant les intelligences de chacun

    Par Karim Agoumi | Edition N°:4878 Le 18/10/2016 | Partager
    Questionnaire de personnalité HBDI, classement des employés, restructuration…Les étapes
    Un moyen de réduire les risques d’erreur et d’améliorer la créativité des troupes
    approche_hermann_078.jpg

    Manager suivant le type de personnalité de chaque salarié. C’est le concept pour le moins original de la méthode Hermann. En conjuguant les intelligences de chacun, le manager parvient à former des équipes complémentaires et à réduire ainsi le risque d’erreur

    Chaque salarié peut se montrer efficace et intelligent dans certaines situations et parfaitement inapte dans d’autres. Un comportement et une manière d’apprendre qui dépendent en fait de ses «préférences cérébrales». C’est dans ce sens que la méthode Hermann appliquée à l’entreprise consiste pour le dirigeant à apprendre à manager ses employés suivant leur type de personnalité. En «conjuguant» les intelligences de chacun et en formant des équipes parfaitement complémentaires, la productivité de l’entreprise s’en trouve largement améliorée. Explications.
    La méthode Hermann consiste plus exactement en une approche psycho-comportementale de l’individu fortement inspirée des découvertes en neurosciences, confie la psychologue Hasna Igouzoulen. D’après ce modèle, chaque individu posséderait un «profil cérébral» déterminant la manière dont il traite l’information, ajoute l’experte. Représenté sous la forme d’un cercle divisé en quadrants, il met en exergue quatre profils bien distincts associés chacun à une couleur. Le bleu correspond au moi «rationnel», autrement dit à un comportement critique, logique et quantitatif. Les individus à forte dominance de bleu argumentent de manière rationnelle et mesurent avec beaucoup de précision, travaillant notamment à partir de chiffres. Ils ne sont guidés que par l’appât du gain et ont essentiellement comme devise la rentabilité, souligne Ali Serhani, directeur associé de Gesper Services et consultant en ressources humaines. Le rouge, quant à lui, traduit l’émotion, la sensibilité ou encore la spiritualité. Les individus ayant ce type de profil font preuve de beaucoup d’empathie ce qui les prédestine à être entre autres de bons communicants, précise Serhani. La couleur verte est de son côté associée à un comportement organisé et structuré. Ces individus travaillent le plus souvent en réalisant des plans d’action et font preuve de perfectionnisme. Enfin, la couleur jaune correspond à un esprit intuitif et synthétique. Des employés destinés avant tout à la recherche et au développement commercial, confie le consultant.
    Adapté au monde de l’entreprise, la démarche consiste à déterminer le profil cérébral de chaque salarié et à composer des équipes se complétant parfaitement pour en accroître l’efficacité. Afin de connaître les préférences cognitives des employés, ceux-ci sont soumis à un questionnaire particulier: l’Hermann Brain Dominance Instrument (HBDI). Cet inventaire de personnalité, composé de 120 «items», permet de quantifier le degré d’utilisation de chacune des parties du cerveau chez un individu et de cerner puis de visualiser ainsi ses modes de pensées, nous apprend Igouzoulen. «Une sollicitation forte ou très forte d’une ou de plusieurs parties du cerveau déterminera la capacité de chacun à mener à bien certaines tâches», précise ainsi la psychologue. Chaque préférence cérébrale comprend des avantages mais également des axes d’améliorations. Il n’existe donc pas de mauvais profil à proprement parler mais des individus de styles cognitifs complémentaires. Une fois les questionnaires remplis et analysés, les employés sont ensuite soigneusement classés par couleur et par profil. La dernière étape consiste en une restructuration pour constituer des équipes complémentaires, explique Ali Serhani. Bien évidemment, il ne faut pas oublier d’orchestrer ces nouveaux groupes de travail et de les diriger en bonne et due forme. En effet, même en étant «hétérogènes», ceux-ci nécessitent d’être guidés dans leurs tâches.
    Une démarche qui comporte bon nombre d’avantages en entreprise. Elle permet tout d’abord  de réduire les risques d’erreur, explique Hasna Igouzoulen. «Une équipe qui gagne est une équipe qui fonctionne à cerveau total», confie en effet la psychologue. La méthode conduit également à un accroissement de la créativité des troupes, dans des domaines aussi variés que le marketing, le management, la stratégie ou encore la formation. Mais pas seulement.  Cette polyvalence des intelligences permet également aux salariés d’avoir une meilleure connaissance de leur propre fonctionnement et de mieux comprendre les fonctionnements de leurs collègues. Un préalable pour une vision ouverte et constructive.

    Une démarche inconsciemment utilisée au Maroc

    La méthode Hermann est couramment utilisée au Maroc mais de manière inconsciente, révèle Ali Serhani, directeur associé de Gesper Services et consultant en ressources humaines. En effet, dans la pratique et le quotidien des entreprises, les équipes d’employés sont le plus souvent formées pour être complémentaires. Une approche qui concerne cependant avant tout les multinationales et les entreprises structurées.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc