×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme
    Les pays qui ont décroché le jackpot

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4861 Le 22/09/2016 | Partager
    Croissance à deux chiffres au Portugal, Bulgarie, Sardaigne, Grèce…
    Les hôteliers marocains faisaient grise mine
    tourisme_pays_061.jpg

     

    Le Maroc n’a pas tiré profit de sa stabilité pour attirer de nouveaux flux de touristes. Au contraire, au cours de la saison estivale, il a enregistré une baisse de 28% des voyages à forfait.  Le Syndicat des entreprises du tour operating français (Seto) indique que la saison d’été a enregistré un redéploiement des flux touristiques de la rive sud du bassin méditerranéen vers des destinations européennes telles que la Grèce, le Portugal, l’Espagne… Des destinations qui se caractérisent par leur compétitivité grâce à un rapport qualité-prix d’excellente facture. La pression de la demande était telle qu’il était très difficile de trouver une place, souligne le Syndicat.
     Ainsi, à fin août, les grands pôles touristiques ont connu des évolutions positives telles que les Iles grecques (+3%), les Canaries (+6%), les Baléares (+4%).
    Les événements politiques de ces derniers mois, tels que les attentats en Turquie, en France, les tensions en Egypte, la guerre contre l’Etat islamique en Libye voisin n’ont pas favorisé une reprise du secteur dans les pays du sud de la Méditerranée. C’est ce qui explique les fortes baisses enregistrées en Egypte (-62%), la Tunisie (-71%) ou en Turquie (-71%).
    Dans ce contexte, c’est les destinations asiatiques qui se sont positionnées. Plusieurs pays ont tiré le gros lot au niveau du long-courrier. Parmi eux figurent l’Indonésie qui a enregistré une forte hausse de 35%. Elle est suivie de la Thaïlande (+32%) malgré les risques d’attentat, du Japon (+20%) et du Vietnam (+17%). Au niveau de l’océan Indien, l’Ile Maurice et les Seychelles ont respectivement connu des progressions de 5 et 9%.
    En revanche, les États-Unis et les Antilles françaises sont les destinations long-courrier qui ont connu les plus fortes baisses, respectivement -19% et -23%).
    Dans une conjoncture peu optimiste, les tour-opérateurs membres du Seto ont vu leur volume d’affaires tiré vers le bas. D’ailleurs, le prix moyen des forfaits long-courrier entre le 1er mai et le 31 août s’est vendu à 1.744 euros, en baisse de 4,8% par rapport à la même période de l’année dernière. Toutefois, la recette moyenne a augmenté de 1,6% à 974 euros.
    Au total, les tour-opérateurs membres du Seto ont fait voyager plus de 1,78 million de clients en voyages à forfait. Soit une baisse de 6,2% par rapport à la même période de l’année précédente.
    Dans ce contexte, il est difficile d’effectuer des pronostics sur l’arrière-saison. Les résultats restent dépendant des vacances scolaires de la Toussaint avec une réduction potentielle de l’exploitation touristique.
    Pour le Seto, la saison hiver 2016-2017 s’annonce prometteuse. Le baromètre de la saison estivale affiche des résultats encourageants (+6,9% en trafic). Une embellie qui s’explique par trois facteurs. Le premier concerne l’amélioration de la perception de la situation économique des consommateurs français. Le démarrage de l’activité dans plusieurs pays prisés d’Europe du Sud sera favorisé par le calendrier des vacances de printemps qui seront intégralement positionnées sur le mois d’avril 2017. Les tour-opérateurs réagissent au changement des flux touristiques en innovant et en renforçant leurs programmes sur les destinations moyen-courrier, notamment les Canaries et en étoffant leurs offres long-courrier.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc