×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Top Resa 2016
    Le Maroc cherche à relancer le marché français

    Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4861 Le 22/09/2016 | Partager
    Augmentation de 17% de la capacité aérienne prévisionnelle pour l’hiver 2016/2017
    Plus de 32.000 professionnels réunis à la principale foire touristique de France
    top_resa_2016.jpg

    Le dernier baromètre du Ceto publié ce 20 septembre a confirmé la désaffection des touristes français cet été pour le Maroc au profit de destinations comme l’Espagne, le Portugal et la Grèce. Le Sud du Bassin méditerranéen ne séduit pas plus pour les prochaines vacances d’hiver. A la Toussaint, les tops départs des vols moyen courriers concernent les îles Canaries et la Finlande. A partir des vacances de Pâques en avril 2017, les réservations plébiscitent les destinations espagnoles, italiennes et grecques.

    Le Maroc participe en force au IFTM Top Resa, le Salon international de l’industrie du tourisme qui rassemble 4 jours durant l’ensemble des acteurs du tourisme outgoing au parc des expositions de Paris porte de Versailles. La manifestation, dédiée au secteur des loisirs, affaires et Mice, se poursuit jusqu’au 23 du mois courant et permet de réunir en un seul lieu toute l’offre BtoB touristique française et mondiale. La version 2016 de Top Resa se distingue par les 1.560 marques exposantes dont 2200 agences de voyage, une soixantaine de TO, 13 croisiéristes, 30 exposants au club affaire et 32000 professionnels réunis. En tout, ce sont  160 destinations représentées. C’est donc la plateforme idéale pour les professionnels du secteur touristique marocain pour  donner plus de visibilité à la destination Maroc. Et ils sont bien décidés à le faire, d’autant plus que le marché français est en régression depuis quelques mois. Le malaise s’est installé suite aux attaques terroristes qui ont eu lieu en France et qui ont impacté négativement l’image des pays arabo-musulmans. L’Etat d’urgence décrété par la France a aussi eu un impact sur la conjoncture la rendant encore plus difficile pour les pays à destination touristique. «Mais le Maroc a tout de même réussi à terminer l’année 2015 avec une baisse ne dépassant pas les 5% et demeure la première destination non européenne prisée par les Français», nous indique-t-on du côté de l’Office national marocain de tourisme (ONMT) qui garde son optimisme pour le prochain exercice. «Nous avons des signaux positifs pour l’hiver 2016/2017. Nous sommes sur le point de conclure avec des compagnies aériennes comme RAM,  Air France, Ryanair, Easyjet, Air Arabia et même Vueling pour augmenter leur capacité aérienne à destination du Maroc de 17%», explique Khalid Mimi, Directeur de l’ONMT en France. «Il s’agit d’un signal fort car ce sont des compagnies qui ont des projections sur la demande», a-t-il ajouté.
    Toutefois, la demande touristique française à destination d’Agadir connaîtra une régression, précisent les professionnels du Chef-lieu du Souss. «Si on ne tient compte que des compagnies aériennes étrangères, le trafic connaitra une baisse prévisionnelle de -6 % au cours de la saison d’hiver 2016/2017», notent-ils. Cette baisse est engendrée par l’annulation de 3 dessertes de la compagnie Easyjet en provenance de Lyon, Paris-CDG et Toulouse ainsi qu’une 4e ligne Marseille/Agadir et ce, malgré la programmation de nouveaux vols.
    Par ailleurs, les vols RAM de Paris Orly, dont le volume annuel varie entre 32.000 et 35.000 passagers ne sont pas comptabilisés dans les prévisions. «Seule la RAM pourrait, en injectant de nouvelles capacités additionnelles, assurer la reprise de ce marché prioritaire et permettre de regagner nos parts du marché», confirme un professionnel.
    Afin de faire face à cette turbulence et remédier à la situation que traverse l’industrie touristique à l’échelle internationale, l’Onmt continue à mener son plan d’actions de forcing et d’opérations coups de poing pour booster le marché français qui reste prioritaire pour le Maroc. Et ce, via, la communication institutionnelle, le contact direct avec des agences de voyage et la communication virtuelle avec du buzz sur Internet pour rediriger l’intérêt vers la destination Maroc. «Nous avons besoin pour cela de travailler avec les partenaires et les hôteliers afin d’aller chercher les relais de croissance en province mais aussi à Paris en île de France», insiste Khalid Mimi.

    Pas de stand dédié à la COP22!

    TOP Resa avec ses 32.000 professionnels du tourisme réunis est la plateforme idéale pour vendre la destination Maroc. Le Royaume aurait pu réussir une des plus belles opérations de ces dernières années s’il avait aussi capitalisé sur le méga évènement écologique mondial qu’abrite le Maroc en novembre prochain et qui n’est autre que celui de la COP22 sur lequel tous les feux sont braqués! Cela aurait permis de donner une meilleure visibilité au Maroc et aux destinations phares du pays, notamment Marrakech et Agadir et faire du bruit autour de la manifestation elle-même. Mais, au lieu de faire du matraquage autour d’un évènement qui se vend tout seul, il n’y avait rien d’autre qu’une affiche solitaire pour annoncer cet événement stratégique. Aucun stand n’a été dédié à cette manifestation, et pourtant la demande était là. Une foultitude de visiteurs étaient à la recherche d’un interlocuteur pour leur donner des précisions sur cette manifestation qu’accueille Marrakech du 7 au 18 novembre prochain.

    DNES à Paris, Fatiha NAKHLI

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc