×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Analyse

Petite enfance
La recette pour atteindre la pleine performance

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4853 Le 08/09/2016 | Partager
Les premiers moments de la vie déterminent les chances de réussite
L’impact aussi ressenti au niveau du développement économique du pays
Les régions appelées à s’impliquer dans cette dynamique
petite_enfance_053.jpg

Pour Regina De Dominicis, représentante de l’Unicef au Maroc, «l’organisation de cette conférence sud-sud répond à un besoin d’identification des meilleures pratiques au niveau des pays. L’idée est d’aboutir à une déclaration de Rabat, avec des recommandations concrètes, à traduire en actions» (Ph. Bziouat)

Le développement de la petite enfance est décisif en termes d’impact sur l’avenir des enfants. La prise en charge de cette catégorie, en termes de nutrition, de scolarité et de protection sociale détermine leur capacité à exploiter leur plein potentiel. Au Maroc, des mesures ont été lancées, mais restent fragmentées, selon Regina De Dominicis, représentante de l’Unicef à Rabat. Cet organisme Onusien a organisé, hier, une conférence sud-sud, pour pousser vers une plus grande coopération entre les pays, surtout africains, dans ce domaine.

- L’Economiste: Quels sont les défis qui se posent actuellement pour le développement de la petite enfance?
 - Regina De Dominicis:
Les premiers moments de vie comptent. La petite enfance est la période au cours de laquelle l’être humain se développe le plus rapidement et pose les fondements de son potentiel ultérieur. Le vécu durant cette période a un impact sur son avenir et sur ses chances de réussite. Des recherches scientifiques le prouvent, notamment dans les neurosciences, mais aussi des recherches économiques, de psychologie et de l’éducation. L’impact peut aussi être ressenti au niveau du développement économique du pays. Investir dans les premières années a été prouvé comme étant le moyen le plus efficace pour briser les cycles de la pauvreté, soutenir un développement équitable et promouvoir la croissance économique. Les données indiquent qu’un dollar supplémentaire investi dans des programmes de qualité rapporte entre 6 et 17 dollars. Par exemple, une étude menée en Jamaïque sur une période de vingt ans a montré que les jeunes enfants défavorisés qui étaient mis au contact d’un processus de stimulation précoce de haute qualité lorsqu’ils étaient bébés et tout-petits avaient des revenus jusqu’à 25 % supérieurs à l’âge adulte. L’idée de cette conférence est d’amener des pays qui ont entamé des initiatives dans ce domaine à échanger sur des modèles de gouvernance, de financement et des standards pour faire avancer l’agenda de la petite enfance.
 
- Le gouvernement marocain est-il conscient de ces enjeux?
 - L’Etat marocain est conscient de ces défis. Le Roi fait référence à l’enfance et ses droits dans plusieurs discours. L’INDH est très active dans des interventions en faveur de la petite enfance, notamment le préscolaire. Cela se reflète aussi dans la politique sud-sud du Maroc, qui n’est pas seulement dictée par des intérêts géopolitiques, mais également par un souci de développement humain. Au niveau gouvernemental, plusieurs réponses ont été initiées dans le secteur de la santé, de la politique intégrée de protection de l’enfance, et surtout dans l’éducation avec la stratégie 2015-2030. Nous avons entamé des discussions avec le ministère des Finances pour encourager une réflexion sur la dimension du «Public finance for children».

- Plusieurs rapports montrent que les enfants dans le tiers-monde ont des capacités d’apprentissage sous-développées. Comment peut-on inverser la tendance?
 - Favoriser le développement des capacités d’apprentissage ne peut se réaliser sans un bon état de santé, une alimentation appropriée et un environnement sain et stimulant. Pour cela il convient donc d’investir dans l’ensemble des domaines du développement de la petite enfance. Dans le domaine de la santé, par exemple, les actions doivent cibler les différentes périodes critiques: la prise en charge au stade de la préconception et le suivi prénatal, les soins lors de l’accouchement et néonatals, la vaccination et la prévention des maladies dans la petite enfance... Dans le domaine de la nutrition, les programmes doivent être axés de manière complémentaire sur la nutrition maternelle et infantile. En matière d’apprentissage et de développement cognitif, il s’agit de favoriser l’émergence d’environnements stimulants pour l’enfant.
 
- Au Maroc, quels sont les leviers à activer d’urgence?
 - C’est via une réponse le plus possible intégrée et coordonnée que se joue la réussite. Ce qui est fondamental est la vision intégrée des droits de l’enfant, de ses besoins et des réponses nécessairement adaptées à sa situation. Donc le premier levier pour le Maroc serait des plans  régionaux sensibles aux besoins de cette tranche d’âge dont la mise en œuvre serait le plus possible intégrée. La stratégie de l’Education 2015-2030 est aussi un levier stratégique. Des disparités existent encore entre le rural, l’urbain et le péri-urbain. Seules 23% des filles dans le rural accèdent au préscolaire. Donc la généralisation ne va pas être facile et la réponse ne pourra venir uniquement du préscolaire formel. Il faudra faire coexister des modèles différents, en définissant un référentiel, des standards et des mécanismes d’inspection relevant du ministère de l’Education nationale. Il faudra aussi impliquer davantage la société civile et le secteur privé.

Propos recueillis par
Mohamed Ali MRABI

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc