×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    ONEE: La demande explose le compteur

    Par Safall FALL | Edition N°:4824 Le 29/07/2016 | Partager
    6.000 MW, soit +3,2% par rapport à la pointe de 2015
    Pressions accrues sur le dispositif de production de l’Office
    onee_4824.jpg

    A fin 2015, l’ONEE affiche un chiffre d’affaires de 32,5 milliards de DH, mais traîne des dettes de financement de 56 milliards de DH qui ont servi, justement, au renforcement de ses capacités de production et des extensions du réseau

    La saison estivale est énergivore et cela se confirme dans les chiffres. La demande a encore franchi un palier. La puissance électrique appelée nationale a battu un nouveau record dans la soirée du mardi 26 juillet. L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) parle d’une «pointe historique» de  6.050 MW, en hausse de 190 MW. Ce qui correspond à une croissance de 3,2% par rapport à la pointe maximale enregistrée l’année dernière, quasiment à la même date. «Celle-ci avait en effet atteint 5.860 MW le 28 juillet 2015 à 21h30 », est-il rappelé auprès de l’organisme. Ce record de la demande est évidemment expliqué par la forte consommation électrique induite par les vagues de canicule que le Royaume a connues ces derniers jours.  L’Office explique plus précisément qu’elle est due à «l’utilisation de la climatisation et des pompages agricoles pour les besoins d’irrigation». Avec une demande déjà sur un rythme de croissance annuelle de 8%, cette pointe de la consommation vient exacerber la pression sur les capacités de production du réseau national. L’Office assure toutefois que «la satisfaction de cette demande record s’est accomplie dans les meilleures conditions, tout en assurant la qualité de service». Il faut savoir en effet que le renforcement des dispositifs de production de l’Office est un des axes majeurs du contrat-programme 2014-2017 établi avec l’Etat. 

    Des engagements ont été pris de part et d’autre pour rattraper le retard dans la réalisation d’installations de production pour répondre à cette demande croissante, tout en maîtrisant les coûts de production et de distribution. Les investissements programmés dans le cadre de ce contrat s’élèvent à plus de 50 milliards de DH. L’Etat, en particulier, s’est engagé sur un ajustement tarifaire graduel, la suppression de la subvention du fuel, la recapitalisation et l’octroi de dotations d’investissement, l’appui au programme d’investissement et le choix stratégique en matière du mix énergétique (gaz, charbon, hydraulique…). L’Office, quant à lui, s’est lancé dans la réalisation des investissements nécessaires à l’adéquation offre-demande dans les délais. Dans ce contexte, l’option de recourir aux énergies renouvelables (EnR) s’impose d’elle-même. Le volet EnR de la nouvelle stratégie énergétique du Royaume prévoit ainsi le développement de 10.000 MW additionnels d’ici 2030, pour une trentaine de milliards de dollars d’investissement. 

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc