×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Bus électriques: Le projet se précise

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4820 Le 25/07/2016 | Partager
Le projet est mené par le groupe chinois Dongfeng Yangtse
Un premier accord signé en marge de la MedCop avec la Région
bus_electrique_4817.jpg

Selon les termes de l’accord, il s’agira de la mise en place d’une usine de montage de bus et d’autres types de véhicules électriques de dernière génération (Ph. AA)

Le projet d’usine de bus électriques annoncé lors de la visite royale en Chine, en mai dernier, se précise. A la charge du groupe chinois Dongfeng Yangtse, il sera localisé à Tanger, comme annoncé par L’Economiste. Le groupe devra investir pour la réalisation de cette usine plus d’un milliard de dirhams, selon les déclarations d’un responsable lors d’une réunion au siège de la Région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, jeudi dernier. Cette rencontre s’inscrit dans la suite d’un accord signé lundi dernier en marge de la Conférence des parties méditerranéennes, MedCop à Tanger. Selon les termes de l’accord, il s’agira de la mise en place d’une usine de montage de bus et d’autres types de véhicules électriques de dernière génération. L’usine emploiera près de 2.000 personnes et devrait produire, une fois la vitesse de croisière atteinte, entre 200 et 300 bus électriques par an. Il s’agira de satisfaire les besoins du Maroc dans un premier temps, mais aussi de vendre à l’export, surtout vers les pays d’Afrique. Selon les responsables du groupe qui intervenaient lors d’une déclaration à la presse, les travaux de construction de l’usine devraient démarrer prochainement afin de pouvoir dès 2017 sortir les premiers bus propres du Maroc. 

Pour Dongfeng Yangtse, le choix du Maroc et de Tanger en particulier était évident, vu la situation géographique stratégique de la ville et les infrastructures logistiques de premier niveau dont elle dispose. En plus, la région a réussi à mettre en place une industrie automobile de premier ordre avec un large éventail de fournisseurs de premier rang. 
A noter que cet investissement intervient juste quelques semaines après l’annonce d’un autre de plus grande ampleur dans la région. Il s’agit de la zone industrielle que compte mettre en place le chinois Haite. Sur plus de 2.000 hectares, dans la région de Ain Dalia, à quelques kilomètres de Tanger, une future cité industrielle de près de 300.000 personnes devrait voir le jour avec un investissement prévu de 10 milliards de dollars (près de 100 milliards de dirhams).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc