×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Arbitrages

Par L'Economiste| Edition N°:2650 Le 13/11/2007 | Partager

Les hypothèses macroéconomiques du budget 2008 apparaissent quelque peu fragiles, à l’aune entre autres des évolutions en cours du marché du pétrole, de la parité euro/dollar et de l’emballement des dépenses. En tout cas, le gouvernement El Fassi doit composer avec leur éventuelle remise en cause si la croissance se montrait moins généreuse que prévu. Mezouar estime disposer de suffisamment de graisse pour financer des dépenses en hausse de 15,8%, une moins-value fiscale du fait de la baisse de l’IS et même le ralentissement du rythme des recettes. Enfin, sur l’énorme trou de la compensation, il faut noter le changement de ton gouvernemental, non pas sur le principe, mais sur la nécessité d’orienter le ciblage. Cela ne suffira pas pour l’instant à gommer l’effet 20 milliards de DH! Les interrogations conjoncturelles sur les prévisions pour ce projet de budget ont certes conduit dans le sens d’une révision des hypothèses budgétaires à la baisse, l’économie marocaine se situant actuellement sur un sentier peu optimiste de croissance. L’Etat doit d’ores et déjà faire face en effet à une campagne agricole mal négociée. L’on peut saluer les efforts d’assainissement des finances publiques à travers la réduction, pour l’exercice en cours, du service de la dette. Cela suffit-il à rassurer devant un déficit de 3% annoncé pour 2008. Soutenir la croissance semble la solution la moins mauvaise dans les arbitrages pour la loi de Finances. Encore faut-il avoir les moyens de ses ambitions. En tout cas, les choses sérieuses ont visiblement commencé pour Abbas El Fassi. Entre le budget que lui laisse l’équipe de son prédécesseur et la préparation de la loi de Finances 2008, entre les demandes des ministres et la nécessité de faire des économies, son mandat ne s’annonce pas de tout repos.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc