×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Ambivalence

Par L'Economiste| Edition N°:3289 Le 02/06/2010 | Partager

LA conserve de poissons cherche toujours une belle histoire à raconter. Voilà des années que ce secteur, qui aurait pu être l’un des plus prestigieux de nos filières industrielles, égrène les mêmes insuffisances. Celles-ci ont occupé tous les ministres qui ont hérité de ce portefeuille. Sans beaucoup de résultats. L’équation de la ressource pose évidemment problème. Car l’incapacité à disposer de matière première à des coûts optimisés obère la rentabilité même dans ce marché. Du coup, les prix dans ce secteur sont d’une telle volatilité que cela rend impossible toute politique et tout investissement de long terme. Mais il est trop facile de ramener l’ensemble des maux de la conserve à cette contrainte uniquement. Il faut le reconnaître, lorsque l’activité fait parler d’elle c’est surtout à l’occasion de grèves ou lorsqu’il s’agit d’arracher des concessions à la veille de négociations. Les rares champions, ou les tentatives de champions, n’ont pas eu l’effet d’entraînement comme pour d’autres secteurs. Dans cette industrie, qui elle-même dépend d’un autre domaine en crise, la pêche, la mise à niveau tarde à voir le jour mais les pouvoirs publics continuent d’accorder des aides, les subventions de gasoil, à des entreprises pas toutes rentables, productives ou transparentes. Il n’est même pas certain que ces aides atteignent leurs cibles avec des accusations récurrentes de détournement. De surcroît, cette formule a un effet image redoutable. Elle peut laisser croire que l’ensemble du système vit sous assistance respiratoire et l’on ne sait pas s’il survivra une fois que l’on aura débranché les tuyaux. Elle renforce aussi cette impression d’ambivalence. Car soit l’on cherche à activer rapidement la voie incontournable de la restructuration, avec un accompagnement surtout pour les entreprises qui innovent, créent des richesses et de l’emploi, soit l’on admet que, malheureusement, il vaut mieux arrêter de porter à bout de bras des secteurs irrémédiablement en déclin. Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc