×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

TPE

Par L'Economiste| Edition N°:4034 Le 20/05/2013 | Partager

LA stratégie TPE est l’une de ces petites révolutions dont on voudrait voir se concrétiser les mesures rapidement.
Alors que la situation est tendue sur de nombreux fronts, il est normal que toutes les options soient explorées. Et incontestablement, celle de la TPE en est une. S’il y a une sinistrose, celle de la conjoncture tout comme celle de l’attentisme politique,  le microentrepreneuriat est le premier à en subir les contrecoups. Le Maroc a plus que jamais besoin que ces petites structures puissent non seulement survivre, mais aussi grandir pour alimenter l’écosystème dont elles peuvent être l’antichambre: la PME. L’ensemble des acteurs, lequel a réitéré ses engagements vendredi à Rabat,  est interpellé sur ses responsabilités. De mise à niveau certes, mais aussi d’accès au financement. En réitérant les promesses d’accompagnement, le secteur bancaire a raison de préciser qu’il s’agit de chercher des opportunités commerciales. Même si la vox populi reproche aux banques leur frilosité, l’erreur serait de s’inscrire dans une démarche-perfusion! Après tout, l’ADN de l’entreprise viable, qu’elle soit petite ou grande, comporte les mêmes «bases»: rentabilité, croissance, compétitivité, développement…
Un seul maillon semble manquer dans cette effervescence: il est d’ordre communal. En raison de sa forte connotation locale, la TPE reste en effet le projet entrepreneurial qui a le plus besoin d’un effort de marketing territorial.
Sans des communes qui participent fortement à l’animation de la vie économique, sans un bon maillage technologique pour faciliter l’installation de ces entreprises, l’échafaudage sera alors  incomplet.
Sans des élus suffisamment sensibilisés à ces enjeux du microentrepreneuriat, qui comprennent que ces TPE n’ont pas toutes  besoin des budgets de Maroc Export, lorsqu’internet permet des opportunités de networking, de monétique,  extraordinaires, certains gisements exportables seront alors sabordés.
C’est cela les enjeux de la stratégie TPE, dont il faut saluer aujourd’hui l’an II, et d’en évaluer, demain, les effets.

Mohamed Benabid

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc