×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Tant de tristesse

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5807 Le 20/07/2020 | Partager
    nadia_salah_ed.jpg

    C'est avec tristesse que l’auteur écrit ces lignes. Une tristesse d’autant plus amère qu’elle a été précédée d’une grande joie, d’une grande fierté. Comme sans doute pour la grande majorité des Marocaines et des Marocains.

    Ce n’est pas si vieux. Trois mois, trois mois et demi. Combien d’entre nous ont douté de leurs oreilles en entendant que «l’admirable petit Maroc» cousait des masques pour tout le monde, allait chercher les malades et savait aussi bien que tout le monde (peut-être mieux que personne) les soigner et qu’il y avait peu de morts, ce qui est encore vrai aujourd’hui. Et des policiers si gentils et pédagogues.

    Nous savions tous que le Roi était à la manœuvre, que s’il était là, c’est que les choses étaient graves. Les spécialistes ont aussi observé que la machine de guerre financière était super bien conçue.

    Ce serait mentir d’ignorer les vilains petits canards qui ont tenté de tirer la couverture à eux. Ils sont indignes du nom d’industriels ou de pharmaciens. Que leurs confrères se chargent de nettoyer les rangs.

    Cette fierté est morte. Remplacée par la tristesse, devant tant de cafouillages. Peut-on s’amuser à confiner/déconfiner quand on découvre que les tests ne sont pas si fiables qu’ils le devraient (c’est mondial) et qu’il faut 5 à 7 jours pour avoir des résultats. Passons sur le reste.

    De semaines en semaines, le Parlement est devenu de plus en plus marginalisé, les informations ont été gauchies, la société civile… confinée.

    Les choses sont telles, qu’il n’y a plus rien d’autre à faire que d’arrêter l’état d’urgence et de remettre toutes les institutions civiles, politiques, sanitaires et sécuritaires aux places qui sont les leurs. Avant que la tristesse cède sa place à plus grave.

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc