×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Sécurité

Par Nadia SALAH| Edition N°:4865 Le 28/09/2016 | Partager
salah_nadia_2015.jpg

Quelle leçon  tirer vraiment de l’hôtel El Minzah de Tanger?  La première est que, du tahakoum, il n’y en a pas assez au Maroc. En effet, sans une alerte réputée venir du Palais, qui serait allé voir comment cet hôtel était réellement tenu? En tout cas, jusque-là personne. Ce n’est qu’après que le ministère du Tourisme s’est excité au point de publier un communiqué rageur (contre l’hôtel) en plein week-end.  Avant, il ne faisait rien, après il en fait trop.
Pour les clients ordinaires, pour les citoyens, tahakoum, dont se plaignent quelques politiciens, est pourtant le seul moyen d’obtenir que la gestion s’améliore au Maroc.  
Plus spécifiquement et pour les métiers du tourisme, il faut s’interroger sur le système des commissions de classement et des commissions sanitaires.
Quand les clients affichent directement leurs avis sur des plateformes mondiales, quand les tour-opérateurs font leurs propres évaluations, à quoi sert d’entretenir des commissions de classement? Pour le moins, l’opinion publique les tourne en ridicule, lorsqu’elle ne les accuse pas tout net d’être des vendues.
Ceci n’épuise pas le sujet, au contraire.
Les lieux publics et les lieux privés fréquentés par le public méritent une plus grande attention, spécialement pour la sécurité physique des personnes et des biens. L’ONSSA, pour l’alimentation, a fait des progrès. Il prouve que «quand on veut, on peut», … à condition que le prochain ministre de l’Agriculture soit dans les mêmes dispositions qu’Akhannouch. En revanche, on met beaucoup d’argent et de personnel pour vérifier les bâtiments mais des maisons écrasent leurs habitants ou des usines tuent leurs ouvriers!
C’est là que se situe l’autre leçon: nos systèmes de sécurité sont vétustes, éparpillés, contradictoires, fragiles devant la corruption. Il est urgent de les moderniser.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc