×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Santé

Par L'Economiste| Edition N°:1196 Le 30/01/2002 | Partager

Comme une douleur qui baisse par aspirine, les prix des soins devraient baisser par des suppressions de TVA, prescrites sur l'ordonnance du budget. En principe du moins. Dans les faits, il faut voir car la santé n'est pas une mécanique économique. Ce n'est d'ailleurs pas une activité sociale, l'Etat providence et les ONG n'aiment plus les malades, qui ne sont plus à la mode.Puisque le pays travaille à attirer l'investissement, privé et étranger surtout, il pourrait penser à la santé. C'est un service qui se vend et peut enrichir l'investisseur; la preuve est le train de vie de certains médecins et pharmaciens, surtout ceux qui se plaignent. C'est un secteur avec une demande, très forte. Une partie est bien sûr sans ressources; l'Etat y répond par des hôpitaux faméliques, et depuis 20 ans, par l'assurance-maladie obligatoire dans les conférences. Une partie de la demande est solvable; elle est renvoyée sur l'offre libérale. Mais il faut rappeler que cette offre est limitée dans sa liberté, par la loi, aux médecins et pharmaciens qui seuls peuvent créer des cliniques ou des usines de médicaments. Certes, ils doivent être responsables des soins et des produits, vu leurs compétences, mais pas garder le monopole des bâtiments et les équipements, de plus en plus chers. Sinon, c'est toute la santé des citoyens qui est prise en otage par leurs moyens ou leur bon vouloir.Puisque l'Etat se désengage, qu'il pousse au moins la logique à libéraliser jusqu'au bout, en ouvrant l'accès à des opérateurs économiques ou caritatifs et en supprimant toute trace de TVA. Personne ne pousse la porte d'un pharmacien ou d'un chirurgien pour consommer un médicament ou un soin, mais pour le subir. L'impôt sur la santé est la seule pilule qu'aucun malade ne peut avaler.Khalid BELYAZID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc