×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Résultats

Par L'Economiste| Edition N°:2973 Le 27/02/2009 | Partager

On ne peut que se réjouir d’entendre le ministre des Finances rappeler quelques chiffres sur les prévisions de croissance. En clair, crise ou pas, le Maroc a du gras. L’analyse ne manque pas de clairvoyance puisque l’une des meilleures cartes qui a été utilisée cette année, en plus d’un cru exceptionnel de recettes fiscales, c’est celle de l’investissement public. Le gouvernement a géré intelligemment cette situation en évitant la tentation d’une politique budgétaire restrictive. Tout cela sans grossir l’endettement, semble-t-il. Ces dépenses publiques devraient en théorie générer des gisements d’emplois, de recettes fiscales, plus que jamais vitaux en cette période. La crise va rendre problématique le financement des projets en cours de réalisation. On le constate notamment à travers le retard que commencent à enregistrer certains grands chantiers comme les stations touristiques.Maintenant l’effet multiplicateur de ces investissements n’est pas automatiquement acquis. La machine publique reste lourde et continue malheureusement d’être bureaucratique. Du coup, il serait regrettable que la démarche, bien intentionnée, soit sabotée par des questions de procédures, de retards dans l’octroi de crédit, qui annuleraient l’effet bouclier contre les imprévus de conjoncture. L’histoire l’a souvent montré, les échéances de remboursement pour les marchés publics ne sont pas pour rassurer les PME qui peuvent avoir des besoins pressants de trésorerie. Le problème n’est pas seulement d’augmenter les dépenses de l’Etat mais aussi comment s’assurer que la mesure débouche sur les effets escomptés… Autrement dit, comment s’assurer que cet argent pris après tout dans la poche du contribuable impactera bien la consommation, les entreprises… L’investissement public doit prendre le relais mais avec des… résultats!Mohamed Benabid

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc