×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Notre sort

Par Nadia SALAH| Edition N°:5372 Le 16/10/2018 | Partager
nadia_salah.jpg

Des élus ne se sont pas mis à leur avantage en se précipitant sur les buffets. Les vidéos se sont répandues partout. Pas génial comme image de marque! Très destructeur vis-à-vis de la fonction. Dommage que ceux qui condamnent ces comportements ne soient pas intervenus auprès des collègues qui se sont désastreusement «oubliés».

Allez, soyons magnanimes et disons que c’était pour avoir la baraka et l’emporter à la maison. Et passons.

Il n’empêche qu’il faut prendre au sérieux les difficultés liées au travail des Chambres. Les textes qu’on leur confie sont de plus en plus nombreux, de plus en plus techniques. Le contexte économique et social est de plus en plus complexe, peuplé de groupes de pression qui ne disent ni leur nom, ni leur objectif.

En face de ces changements, nous n’avons à offrir aux élus que les conditions de travail qui étaient les leurs dans les années 1960-80. Et en plus c’était le temps où leur fonction comptait fort peu, face à feu Hassan II, face à l’exécutif sécuritaire et face à des enjeux comme le Sahara ou les risques de coups d’Etat. Il faut dire aussi ce qui est: une éducation très élitiste donnait de hautes compétences dans la haute administration.

Elles ne sont pas perdues heureusement, mais elles sont un peu dispersées dans la masse et ne se sentent plus protégées comme elles l’étaient. Et puis, pour faire bonne mesure, il n’est pas certain que les partis d’aujourd’hui veillent autant que ceux de l’Indépendance à la formation de leurs propres élites.

En un mot comme en cent, ce qui valait pour hier n’est plus de mise: les élus ont un impératif besoin de compétences. Ils ne peuvent toutes les avoir personnellement. Il faut donc constituer pour eux et autour d’eux des réserves de connaissances et de compétences. Entre les super-moyens d’informations du Congrès américain et le «presque rien» du Maroc,  on doit trouver un équilibre.

Car c’est notre sort que les élus jouent tous les jours.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc