×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Archives prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

Naïveté

Par L'Economiste| Edition N°:3976 Le 26/02/2013 | Partager

IL est extrêmement dangereux de promettre de renforcer l’attractivité... on risque de vous prendre au sérieux. C’est la raison pour laquelle les derniers rebondissements des grèves sauvages chez les producteurs dans le Souss posent un problème de taille: la crédibilité de l’action gouvernementale lorsqu’il s’agit d’accompagner des pans de l’économie. Comment leur assurer les conditions d’une activité normale? Comment veiller que des entreprises ne soient prises en otage par on ne sait même plus qui? Comment éviter que le pays sabote sa force de frappe à l’export alors que notre commerce en a cruellement besoin? Ce sont là les leçons de ce qu’on peut désormais appeler un autre «scandale d’Agadir». Les incidents ont dégénéré dans une indifférence totale. Il ne s’agit pas tellement d’anticiper des conflits sociaux mais au moins traiter ou circonscrire leurs rebondissements, tragiques parfois comme pour le décès d’un investisseur.
Il fallait bien de la naïveté pour croire que la première crise allait trouver une issue. L’appel des opérateurs et les SOS se sont pourtant multipliés. La CGEM s’inquiétait ouvertement de la gravité de la situation aux dernières Assises de l’industrie à Tanger.
Les mêmes causes qui produisent les mêmes effets. Enfin, pas tout à fait.  Les scénarios se répètent, mais en pire cette fois-ci. C’est comme si l’on s’était décomplexé de ce qui, il y a quelques années à peine, pouvait enclencher une réunion de crise au sein de l’Exécutif.
Il ne faut guère s’étonner si cette indifférence contribue à radicaliser les mouvements, voire même cautionner  l’idée selon laquelle on ne peut pas attendre grand-chose du gouvernement quand il n’a que faiblement bronché dans des situations similaires. A Kénitra, pour les grèves de Delta Holding, il y a bien eu une indignation morale mais sans que cela ne soit suivi immédiatement d’effet.
La pudeur s’impose: si ces incidents font des victimes, c’est d’abord chez la main-d’œuvre qui en vit.

Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc