×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Même les ingénieurs

Par Nadia SALAH| Edition N°:4793 Le 13/06/2016 | Partager
salah_nadia_2015.jpg

Les deux tiers des chômeurs sont des jeunes adultes de moins de 30 ans. La plupart d’entre eux cherchent leur premier job et la majorité cherche depuis plus d’un an. Et on sait depuis longtemps que plus on a de diplômes, moins on a de chance de travailler: le premier des diplômes universitaires est un certificat de chômage: un étudiant sur quatre y a droit. Bien lire: un étudiant sur quatre!
Le pis: le recul économique du Maroc est tel que les grandes écoles sont touchées: 10% d’entre leurs ingénieurs sortiront chômeurs pour longtemps. Il y a peu, au milieu des années 2000, la croissance était si vigoureuse qu’on manquait d’ingénieurs; on s’arrachait les contremaîtres et les bons ouvriers. Il avait fallu faire des programmes spéciaux pour fournir de bons professionnels à Renault, au centre d’aéronautique, aux plateformes d’informatique…
Pour les ingénieurs des grandes écoles, le phénomène est nouveau, mais il est installé pour gonfler: qui ne reçoit pas tous les jours ces désespérantes demandes d’emploi, coupées-collées sur internet pour cacher l’incapacité de s’exprimer correctement?  Sachant que le français est un des premiers atouts pour l’emploi, comment le gouvernement a-t-il pu résister de toutes ses forces jusqu’à un arbitrage royal pour remettre cette langue au programme? C’est une atteinte aux droits des jeunes, surtout aux moins bien nés d’entre eux. Leurs familles n’ont pas les moyens de compenser ce que l’école leur a enlevé pour des questions de politicaillerie.
Les candidats sollicitant nos voix en feront-ils un sujet ? Ils n’en prennent pas le chemin. Au contraire, puisque le Maroc a grimpé d’un rang en qualité scolaire: la Syrie vient de passer derrière le Maroc et nous sommes toujours devant le Yémen!

 

 

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc