×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

«Langue naturelle»

Par L'Economiste| Edition N°:2856 Le 09/09/2008 | Partager

Une poignée de conseillers, de l’Istiqlal soit dit en passant, propose de soumettre un projet de loi sur l’arabisation… la trouvaille du siècle ! Comme si la première vague d’arabisation, celle de l’enseignement, n’avait pas laissé des séquelles, voilà que la lame conservatrice se manifeste encore une fois pour ce qui semble être des combats d’arrière-garde. Ces dégâts ne sont pas encore gommés: des générations d’analphabètes diplômés qui déclenchent l’hilarité lorsqu’ils prennent la parole ou lorsqu’ils postent des demandes d’embauche et que l’on condamne à de faibles débouchés. Alors que le gouvernement est appelé à prendre position sur cette schizophrénie des langues, voilà que la résistance s’organise et multiple les messages sur ce qu’elle considère être ses dossiers prioritaires. Grossière erreur.Ce qu’attendent les Marocains aujourd’hui ce n’est pas que l’on remette ce chantier au goût du jour, sans doute pour une question de vanité froissée, mais au contraire que l’on fasse tout pour leur donner de meilleures chances d’insertion dans leur monde. Comme de renforcer l’apprentissage des langues étrangères telles que l’anglais, voire le mandarin. Quant à l’arabe, elle est rangée au rayon des langues refermées sur elles-mêmes, c’est-à-dire destinées à communiquer exclusivement avec les... Arabes. Ce qui offre peu de perspectives par le temps qui court! Ce qui est dommage c’est de voir se propager même au sein de l’hémicycle ce mode de pensée unique qui semble caresser un certain intégrisme intellectuel.L’arabisation reste à vrai dire un sujet sur lequel la classe politique souffle le chaud et le froid en fonction de la conjoncture électorale. Quant à savoir si les Marocains sont vraiment à l’aise avec ce qu’on pense être leur «langue naturelle», bien peu s’en soucient. Mohamed Benabid

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc