×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:211 Le 04/01/1996 | Partager

Après les enquêtes sur les financements des partis politiques, la Justice s'occupe de plus près d'autres associations. Ainsi, les dirigeants de l'Association pour la Recherche sur le Cancer sont sur la sellette. La Cour des Comptes a révélé dans son rapport que 27% seulement du budget 1993 était destiné à la recherche sur le cancer qui est la raison d'être de l'Association.
Au Maroc, la forme associative prend de plus en plus d'importance. Outre les partis politiques, les syndicats et leurs associations satellites ainsi que les vieilles et décriées associations sportives, de plus en plus des associations émanant de la société civile se développent et prennent de l'importance. Certaines sont même reconnues d'utilité publique. Si la plupart vivotent chichement, certaines manipulent des fonds importants qui viennent de dons publics ou privés.
Sans remettre en cause la bonne foi des dirigeants de l'association, il faut cependant constater que les moyens de contrôle sont presque inexistants. Bien des associations ne respectent pas leur propre statut et ne renouvellent pas leur bureau dans les délais prévus, sans que cela ne donne lieu à une remise en cause quelconque; il y eut parfois des scandales publics relativement à l'usage qui est fait des fonds ou des biens appartenant à certaines associations sans que la Justice n'ait eu à dire son mot.
Tout cela signifie que la législation marocaine sur les associations n'est plus adaptée à la réalité des enjeux actuels. Dans sa conception, elle se préoccupait surtout de l'aspect libertés publiques. Mais les temps ont changé. Il importe donc de les protéger et de protéger le citoyen en mettant sur pied un régime qui, tout en garantissant la liberté d'association, les mettrait à l'abri des dérives. L'expérience d'autres pays est là, il suffit d'en tirer les leçons.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc