×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:87 Le 08/07/1993 | Partager

Quand on prépare un programme de relance, la tentation est forte d'y faire figurer tout ce qui était resté en panne, parfois depuis des années, comme réformes, projets et idées. Apparemment le gouvernement ne résiste pas à cette tentation en montant la réponse qu'il doit faire à la Lettre Royale.

La question évidente qui se pose est de savoir si, à force d'être chargé, le train de me sures va pouvoir rouler. Et même, pourra-t-il démarrer ?

Il est logique, voire humain, que chaque administration sorte des placards ses projets afin de profiter de l'occasion de la Lettre Royale pour faire avancer ses dossiers.

Mais ce comportement montre qu'il existe un autre problème, bien plus grave que I des rivalités de services.
Il signifie que durant des mois, probablement des années, des dossiers sont restés bloqués. Durant tout ce temps, il n'a pas été possible de prendre une décision nette: ou bien le projet est réalisé ou bien il est abandonné.
Or le fait que chacun se précipite sur les placards pour en sortir les vieux projets dé montre que ces projets n'ont était ni réalisés ni abandonnés.
Que d'énergie, de compétences et d'argent dépensés dans ces ni.- oui - ni - non, tandis qu'il est demandé aux familles et aux entreprises de comprendre que le Budget de I ' Etat exige d'elles efforts fiscaux permanents.
Aucune entreprise privée ne survivrait à un tel gaspillage de ressources, mais elle serait seule à supporter les conséquences de sa politique d'indécision.
Dans le cas des pouvoirs publics, il en va autrement. Personne ne demande aux ad ministrations de faire des mi racles, mais il leur est demandé d'avoir de la suite dans les idées.

Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc