×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:658 Le 13/12/1999 | Partager

    Invité de 2M, le nouveau ministre de l'Intérieur, M. Ahmed El Midaoui était très attendu. C'est la première fois qu'un ministre de l'Intérieur marocain participe ainsi à un débat télévisé et en direct. Il faut dire aussi qu'étant donné son rôle déterminant, ce portefeuille, qui est maintenant celui de M. El Midaoui, était l'objet de toutes les attentions.
    Il ressort ainsi de ce débat qu'il a une définition nouvelle de la mission de son département. Pour lui, elle consiste à assurer le respect de l'Etat de droit en même temps que la sécurité. Il est vrai que tout le reste découle du mariage de ces deux notions.
    M. El Midaoui considère que la notion de sécurité englobe la sécurité des hommes et des biens et également la sécurité institutionnelle et la sécurité juridique. En d'autres termes, a-t-il précisé, il faut que le citoyen marocain puisse prospérer et se livrer à son négoce en toute quiétude, assuré qu'il est d'avoir une visibilité raisonnable sur l'évolution des institutions et des règles.
    La mission n'est donc pas uniquement une mission sécuritaire. Elle s'inscrit dans une logique globale de développement et d'évolution. Cette vision coïncide avec les attentes de la société marocaine. En effet, d'ordinaire et en l'absence de débat national sur le sujet depuis des décennies, on oppose trop souvent sécurité et liberté. En réalité, et cela tombe sous le sens, la liberté est tributaire de la sécurité. C'est la sécurité qui permet l'exercice effectif de la liberté et de la démocratie, alors que l'excès sécuritaire étouffe la démocratie. Notre culture dans ce domaine est très récente, il faut investir dans un débat national pour fixer les limites que doit garantir l'Etat de droit et pour que les errements du passé ne se reproduisent plus.

    Abdelmounaïm DILAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc