×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Immunité

    Par L'Economiste| Edition N°:3318 Le 13/07/2010 | Partager

    LE Parlement a pris ses congés, depuis aujourd’hui mardi pour la Chambre des conseillers et demain mercredi pour les députés. Ils ne reviendront à Rabat qu’à l’occasion de l’ouverture de la session d’automne, présidée par le Souverain. Dans tous les cas, la session du printemps aura été plus riche que les autres. D’abord par le nombre important des textes approuvés. Ensuite par la présentation du bilan à mi-parcours du gouvernement. Dans cet exercice, le Premier ministre a joué la carte de la démocratie au point qu’il a passé une dizaine de jours entre la Chambre des représentants et celle des Conseillers. Cette disponibilité à l’égard des parlementaires a tout de suite payé. Abbas El Fassi a récolté ses premiers dividendes. Depuis, il a la paix. Une sorte de trêve des critiques contre lui semble s’installer. Cependant, la présentation du bilan a remis encore une fois sur le tapis l’absentéisme qui mine le travail parlementaire. Et l’école buissonnière ne fait que s’amplifier. Rendre publique la liste des absents, passer des contrats avec des hôtels pour loger, à bas prix, les élus qui viennent de loin... autant de mesures qui n’ont pas encore produit l’effet attendu. Malheureusement, ces pratiques créditent l’idée que plusieurs députés et conseillers ne sont attirés par la fonction que pour les multiples avantages qu’elle procure. Surtout cette fameuse immunité parlementaire.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc