×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Embrouillée

    Par L'Economiste| Edition N°:3423 Le 14/12/2010 | Partager

    La distorsion des prix dans la filière engrais suscite un débat intense quant à son origine. Certes il y a un effet fluctuation à l’international des intrants, notamment des composés azotés, du facteur énergie, du fret. Cela suffit peut-être à expliquer la volatilité à la production, mais pas suffisamment à la distribution. En tout cas, notre enquête montre que sur le terrain, certains acteurs tentent de conserver un pouvoir sur la formation des prix finaux, à des niveaux anormalement élevés. Et qui s’en trouvent fatalement décorrelés des fondamentaux économiques. Les grands producteurs disposent d’une taille critique qui leur permet d’aller s’approvisionner ailleurs, là où l’engrais est moins cher. Mais quid de la majorité silencieuse. Au-delà du manque de transparence, la pérennisation de mécanismes de soutien est censée répondre aux impératifs du plan Maroc vert, mais risque à terme de rendre artificiel et non solvable certains segments du marché. On le sait, côté demande, les besoins en engrais sont énormes. A peine un million de tonnes est utilisé lorsqu’il en faudrait deux fois et demi plus. Pour faire évoluer le comportement tant à la production qu’à la consommation, il faut recréer inévitablement les conditions de vrais signaux prix. Les problèmes de la filière n’en sont qu’un, en réalité: c’est celui d’un déficit de compétitivité. Et c’est à le résorber qu’il faudra s’atteler. Empêcher un producteur comme l’OCP d’être complètement intégré, en le dépouillant il y a quelques années de Fertima, n’a peut-être pas été une sage décision. Au contraire, la situation n’en est que plus embrouillée.Mohamed Benabid

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc