×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Avancer

    Par Mohamed CHAOUI| Edition N°:5970 Le 18/03/2021 | Partager
    mohamed_chaoui_intern.jpg

    Avec la fin de cette semaine, les deux Chambres auront épuisé l’ordre du jour chargé de la session extraordinaire du Parlement. Neuf projets de loi, alors qu’habituellement le menu se limitait à 3 ou 4 textes. En fait, cette session s’inscrit dans la droite ligne des concertations politiques entre les patrons des partis et le ministère de l’Intérieur. Ces pourparlers avaient abouti à un consensus sur l’arsenal juridique lié aux élections, à l’exception du quotient électoral qui a focalisé l’actualité. Comme d’habitude, l’ensemble du dispositif a été adopté dans l’urgence. Une organisation qui confirme bien la culture politique «particulière» ancrée dans les mentalités des uns et des autres. A cela s’est invitée la pandémie, confinant et plongeant classe politique et exécutif dans la somnolence. Il a fallu l’intervention pressante de l’opposition, notamment le PPS et l’Istiqlal, pour que le chef du gouvernement sorte de sa léthargie.

    Depuis plus d’une décennie, toutes les échéances électorales, y compris le référendum sur la Constitution, ont fait l’objet d’une observation indépendante de la part du CNDH, des ONG nationales et étrangères. L’objectif est de s’assurer si les scrutins répondaient aux critères internationaux. Ces observations ont été suivies de recommandations touchant plusieurs aspects dont notamment la stabilité du cadre juridique. Visiblement, leurs rapports n’ont pas été consultés. Dommage! Car l’utilité de cette observation réside certes dans l’octroi d’un quitus à l’administration qui supervise les élections. Mais elle a aussi un effet coaching pour améliorer l’existant: remuer les institutions, les hommes, les méthodes de travail et les réseaux. Pour mieux avancer.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc