×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Dialogue

Par L'Economiste| Edition N°:2962 Le 12/02/2009 | Partager

Abbas El Fassi a osé. Depuis des semaines d’hésitation, le Premier ministre a finalement décidé le non-paiement des journées de grèves des fonctionnaires. Visiblement, il y a été poussé par la rupture du dialogue social et la multiplication des grèves, parfois sans motif valable. En fait, avec ces mouvements de protestation, ce n’est pas l’Administration qui est touchée. Ce sont les citoyens qui souffrent de ne pas pouvoir accéder au service public. Pis, aucun service minimum n’y était assuré.Si, dans le privé, la ponction sur les salaires des journées de grèves est courante, dans le secteur public, chaque ministre avait son point de vue. Cette fois-ci, le gouvernement a décidé de généraliser cette pratique. D’ailleurs, l’impact de cette décision sur le nombre de grévistes a été immédiat. Pour le seul personnel des collectivités locales, qui nous a habitué depuis 4-5 ans à observer deux jours de grèves par semaine (les jeudi et vendredi), le mouvement a brutalement chuté. De 100%, le taux est tombé à 42%. Déjà, certaines voix s’élèvent pour dénoncer une limitation du droit de grève. Dans la réalité, cette mesure a l’avantage de stopper sa banalisation. Jusqu’ici, les fonctionnaires suivaient tout appel à l’arrêt de travail même s’ils ne sont pas affiliés au syndicat à l’origine du mouvement. C’était une journée de congé dont ils n’allaient pas s’en priver. Dorénavant, ils devront regarder plus d’une fois avant de suivre. Alors, la grève deviendra un moment exceptionnel, un sacrifice que décident de consentir des catégories sociales pour faire aboutir des revendications précises. Au final, cette remise en ordre revalorise l’importance du dialogue dans la résorption des conflits. Alors, si ce dossier est clos, il serait peut-être temps que les partenaires sociaux reprennent le chemin de la discussion…Mohamed CHAOUI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc