×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Détromper

Par L'Economiste| Edition N°:2145 Le 07/11/2005 | Partager

Du monde, du monde et encore du monde… c’était la marche de protestation à Casablanca, ce dimanche matin, contre la prise d’otages des deux Marocains de Bagdad. Chaque participant, chaque association tenaient à bien montrer leur présence, sachant parfaitement que dans cette guerre engagée par le terrorisme contre le Maroc et les Marocains, les images sont une arme de combat: c’est par des images que les terroristes veulent faire reculer les libertés et c’est avec d’autres images que les citoyens maintiendront leur espace vital.Ce rassemblement intervient après que toutes les autorités morales, politiques, que tous les leaders civils aient condamné, avec des mots très durs, le kidnapping. Il suscite incompréhension, émoi, consternation et colère. Dans l’actualité et dans les sentiments des citoyens, cette prise d’otages supplante deux autres événements pourtant très importants dans la vie collective du Maroc: l’Aïd el Fitr et la Marche verte. Chacun sait à quelle sorte d’horreurs se livrent ces preneurs d’otages-là, qui recherchent la plus grande atrocité possible pour s’assurer de semer la plus grande terreur possible. On ne sait pas ce qui est le pire dans cette affaire qui bouleverse le pays: son caractère crapuleux ou le fait que les otages soient des employés qui ne faisaient que leur travail, le fait qu’ils soient mariés à des Irakiennes donc très en communion avec ce que vit ce pays, le fait que les preneurs d’otages ne connaissent rien à la politique ou encore qu’ils se soient permis de lancer des anathèmes sur la foi musulmane des Marocains.En tout cas, si les preneurs d’otages souhaitaient trouver des alliés dans le monde islamique, et en particulier au Maroc, ils se sont bien trompés. Mais, en même temps, ils auront bien détrompé ceux qui croyaient qu’il pouvait y avoir une cause honorable dans les actions d’Al Qaïda.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc