×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

«Dans le coup»

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5243 Le 03/04/2018 | Partager
mohamed_benabid.jpg

La reconnaissance par l’Etat de plusieurs établissements d’enseignement supérieur va sans doute dans le bon sens. Celui de libérer de leurs carcans les acteurs privés qui réunissent des conditions d’excellence. Au-delà, le sujet central de la formation mérite une mobilisation totale.

Pour y arriver, il faut aller vite, beaucoup plus vite, sur la simplification de l’environnement juridique pour se recentrer sur l’essentiel: négocier un big bang des compétences peu importe le statut de la formation, initiale, continue, professionnelle.

Aujourd’hui les enjeux de l’analphabétisme ne se limitent plus exclusivement aux sans diplômes ou aux inactifs, mais gagnent aussi les salariés. Les chiffres explosifs du HCP, publiés dans notre analyse du vendredi 30 mars, ont envoyé un mauvais signal et auraient dû déclencher une réunion de crise: 97,6% des salariés n’ont bénéficié d’aucune formation en 2017! La conjoncture déprimée explique sans doute en partie le phénomène.

Cependant, le gouvernement est le premier responsable de ce fiasco dans la mesure où ces indicateurs confirment encore une fois la panne sèche de la formation professionnelle. Une panne qui coûte à l’entreprise plus de 2,3 milliards de DH au titre des prélèvements de la taxe de formation professionnelle, qui menace à la fois les qualifications, le fonctionnement normal du marché de l’emploi et la compétitivité de l’entreprise.

Elle fait aussi rater des trains importants. Réveillés et paniqués par la vague dévastatrice de l’Intelligence artificielle, plusieurs pays un peu partout dans le monde réforment en urgence leurs politiques de formation, voire sacralisent le droit à la compétence, histoire d’être «dans le coup».

 C’est une carte à jouer tant dans une optique de réadaptation professionnelle, de lutte contre le chômage, que de formation tout court. Or il se trouve que nous ne sommes bons sur aucun de ces trois fronts.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc