×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Concurrence

    Par L'Economiste| Edition N°:4199 Le 27/01/2014 | Partager

    Ala faveur des discussions autour de l’Aleca, un débat sous-jacent semble pointer encore une fois, celui de la préférence nationale. Il est fortement souhaitable que le Maroc soit vigilant sur les termes qu’il  tente de négocier pour ce type d’accord, dont les bienfaits  pour l’économie locale sont parfois  assez surestimés.  On le voit bien sous le prisme des négociations bilatérales et multilatérales qui promettent, sans résultat pour l’heure, un rééquilibrage de la structure des échanges.  Mais au-delà  des concessions à obtenir, ce qui se joue c’est la capacité de l’économie marocaine à s’adapter un peu plus à la concurrence. Il ne faut pas que les impératifs d’accompagnement du tissu local obnubilent les exigences de gains de compétitivité qui doivent rester le leitmotiv.
    Maintenir la pression de la concurrence et de l’ouverture peut certes condamner les maillons faibles mais peut aussi permettre aux petites entreprises de grandir. Il faut surtout aider les entreprises marocaines à y faire face, pas les en priver. Ce débat ne peut pas être étouffé même si la tentation du repli est récurrente. Au même motif de protection du tissu industriel, imaginons qu’on demande à nos banques de fermer les  yeux sur les créances des canards boiteux, d’aller au-delà du rééchelonnement des dettes, en faisant fi des exigences des ratios prudentiels ou de surveillance du risque. Exiger des conditions équitables d’accès aux marchés internationaux, sauver les entreprises, recapitaliser celles qui le méritent… oui.
    En revanche, le gouvernement ne peut pas obliger les consommateurs à acheter des biscuits marocains plutôt que turcs ou belges, comme il ne peut accepter que le Maroc doive une partie de sa prospérité aux exportations de l’OCP, mais interdise l’accès à son marché aux fournisseurs étrangers. Il faut dissiper donc ces illusions.

    Mohamed Benabid

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc