×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Compromis

Par L'Economiste| Edition N°:1144 Le 15/11/2001 | Partager

La débâcle des Talibans et la chute de leur régime à Kaboul ne signifient pas pour autant que l'Afghanistan est prêt de se stabiliser. En fait, les vrais problèmes ne font que commencer et de nombreuses incertitudes sont devant nous. Les observateurs auront noté que dans sa dynamique de victoire, l'Alliance du Nord est passée outre la recommandation des Etats-Unis qui lui conseillaient vivement de ne pas entrer dans la capitale sans un début de solution politique. Pour les hommes de feu Commandant Massoud, c'est une manière de marquer leur autonomie et de signifier aux Américains et aux alliés que la solution viendra des Afghans eux-mêmes. Mais c'est aussi un positionnement dans les futures négociations. L'Alliance du Nord attend toucher une “prime” pour sa victoire contre les Talibans. Tout l'enjeu du déploiement de la machine diplomatique internationale consistera à la persuader de ne pas succomber à la tentative d'hégémonisme. Faute de quoi, la victoire sur le régime taliban n'aura été qu'un différé de guerre. L'exercice n'est pas facile, mais on peut faire confiance à l'engineering diplomatique de Washington, Islamabad, Paris, Moscou, Londres... en espérant que les arrière-pensées et les intérêts stratégiques des uns et des autres ne viennent embrouiller ce processus. Dans ce schéma, l'implication des Nations unies est inévitable pour gérer la méfiance des différents clans. Dans l'immédiat, l'urgence est d'assurer aux populations l'approvisionnement en vivres à la veille du Ramadan et de la rigoureuse saison d'hiver dans ce pays. Mais il semble que les ONG, les grands pays donateurs, voire les Nations unies, se livrent déjà à une compétition sans merci. Est-ce un mauvais présage?Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc