×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Ciment

Par L'Economiste| Edition N°:4673 Le 22/12/2015 | Partager

Pétrole ou pas, le Maroc crâne sur le dossier énergie et ne passe pas inaperçu. Pour ne prendre que les énergies renouvelables, l’aspiration à faire entendre sa voix sur la scène internationale est bien réelle. Sur les engagements pris, on pense d’abord aux orientations royales qui ont donné les premiers signaux d’impulsion. On pense aussi à la mobilisation de la ministre déléguée de l’Environnement El Haité qui a fait forte impression par sa maîtrise du sujet à la COP21. On pense enfin aux superstructures qui semblent tourner en pilotage automatique, ONEE, Masen, Aderee, SIE, même si de temps à autre quelques grincements de synchronisation se font entendre. Il y a pourtant un chaînon manquant dans ce dossier, c’est le ministère de l’Energie. Or, si ce département est incontournable pour le portage de la vision, son mode de gouvernance est illisible et sa stratégie inaudible si ce n’est une inflation communicationnelle autour des activités ministérielles.  Une situation qui ne rassure pas sur sa capacité à accompagner le suivi des projets jusqu’à leur mise en route. C’est d’autant plus vrai qu’il faudra au  passage lever un malentendu profond: les ambitions dans les énergies renouvelables représentent certes une facette indispensable mais ne suffiront pas à faire du Maroc un hub en l’absence des autres composantes, gazières notamment.
Cette mise en musique relève d’abord du ministère de tutelle. Même si ici l’axe des ambitions semble se dérouler en dehors du gouvernement, il serait illusoire de s’imaginer que la consolidation de l’édifice pourrait s’en passer. Un nouveau modèle énergétique ne se déploie pas ex nihilo mais a besoin de plusieurs ressorts qui se construisent progressivement. Le politique n’a sans doute pas l’exclusivité des solutions. Il en est en revanche le ciment.

 

Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc