×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

USA/automobile
Une partie des fonds investis ne sera pas récupérée

Par L'Economiste | Edition N°:3105 Le 10/09/2009 | Partager

. 23 milliards de dollars environ, selon un rapportUne partie des fonds publics investis par le département américain du Trésor afin de renflouer les compagnies automobiles General Motors (GM) et Chrysler ne sera pas récupérée par les contribuables, estime un rapport commandé par le Congrès.Selon l’étude de la Congressional oversight commission (COP) commandée par le Congrès américain, un document de 143 pages, « même si les contribuables arrivent à récupérer une partie de leurs investissements dans Chrysler et GM, il est improbable qu’ils en récupèrent la totalité». Le rapport précise que, selon le Trésor, environ 23 milliards de dollars sur l’ensemble des prêts accordés aux deux constructeurs ne seront que partiellement récupérés et 5,4 milliards de dollars de prêts accordés à Chrysler ne seront probablement pas récupérés.Par ailleurs, la COP estime que le Trésor a bien défendu les intérêts du contribuable mais a manqué de transparence dans l’utilisation des fonds publics et lui recommande de mettre un soin tout particulier à expliquer ses décisions et de permettre un regard transparent et complet sur ses actions. Pour éviter les conflits d’intérêts, la COP recommande que le Trésor place ses parts de GM et Chrysler dans une entité indépendante qui serait isolée des pressions politiques et du gouvernement. L’Etat fédéral américain a accordé des prêts aux compagnies automobiles en difficulté à l’automne dernier sous l’administration Bush. En décembre, Chrysler et GM ont par exemple reçu respectivement des prêts de 4 milliards et 13,4 milliards de dollars. Par la suite, l’administration Obama a continué d’assister l’industrie automobile américaine en prenant le contrôle d’une partie de GM et Chrysler. Au total, à partir de décembre 2008, 85 milliards de fonds du plan de redressement financier ont été utilisés pour le soutien à l’industrie automobile américaine. Par ailleurs, l’engagement financier de l’Etat américain n’a pas nécessité de vote du Congrès puisque les fonds ont été puisés dans le plan de redressement du secteur financier (TARP) voté en octobre 2008 par les parlementaires.M.A.H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc