×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Un monde fou

Par L'Economiste | Edition N°:2671 Le 12/12/2007 | Partager

. Prisonnier des toilettes publiquesUn homme a passé 4 jours dans des toilettes publiques en Ecosse par des températures négatives, après la fermeture intempestive de la porte et la chute de sa poignée, a indiqué la presse britannique. David Leggat, un professeur à la retraite de 55 ans, n’a dû son salut qu’au passage de la femme de ménage, qui gardait ses balais dans les toilettes et a appelé les secours. «J’ai suivi un cours de survie», a raconté le captif malgré lui. «Je savais qu’il fallait que je garde mes pieds au chaud. J’ai donc fait couler une bassine d’eau chaude et j’y ai mis mes pieds pour me tenir chaud», a-t-il ajouté au journal local Aberdeen Evening Express. «Je n’avais rien à manger, je buvais l’eau du robinet», a-t-il poursuivi, lançant dans un rire: «au moins, j’avais des toilettes à ma disposition». . Amende pour un perroquet La police de Patras, dans l’ouest de la Grèce, menace d’une amende pour stationnement illégal le propriétaire d’un magasin d’animaux de la ville ayant pour habitude de mettre son perroquet sur la chaussée, rapporte la presse locale.Tous les matins depuis des années Lambros Mihalopoulos sort Coco, un magnifique ara du Brésil, sur la chaussée bordant sa boutique pour ne pas occuper le trottoir étroit et gêner les passants. L’oiseau est très connu dans le quartier et répond plaisamment aux riverains qui lui parlent. Mais les policiers responsables de la circulation ont menacé le propriétaire d’une contravention, de l’ordre de 60 euros, pour occupation illégale de la chaussée. L’affaire a fait le tour de la ville et est montée jusqu’aux oreilles du maire, qui a annoncé qu’il entendait trouver rapidement une issue au problème, selon la presse. . Même les morts doivent respecter les horairesLe conseil municipal de Venise a décidé d’imposer des pénalités lorsque les enterrements dépassent l’horaire prévu, lassé de payer des heures supplémentaires aux fossoyeurs de la cité lacustre. Une délibération votée la semaine dernière par le conseil de cette municipalité de gauche prévoit «des pénalités en cas de dépassement de l’horaire qui avait été réservé», a indique un employé de la municipalité, se refusant à tout autre détail. En cas de retard supérieur à 15 minutes, les pénalités représenteront 25% du prix de l’enterrement pour atteindre de 30 à 50 euros, précise dans son édition de lundi dernier le quotidien La Stampa. Elles seront payées par les entreprises de pompes funèbres qui devraient les répercuter sur leurs clients. C’est l’explosion des heures supplémentaires payées aux fossoyeurs contraints régulièrement d’attendre plus longtemps que prévu l’arrivée des cercueils qui a conduit à l’adoption de cette mesure.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc